Loi de finances 2014: les deux scénarios

« La loi de Finances 2014  doit être impérativement adoptée avant le 31 décembre 2013, ce qui permettra à la Tunisie de disposer, au mois de janvier prochain, du reste des tranches de crédits du Fonds monétaire international (FMI) et des autres bailleurs de fonds, à l’instar de la Banque mondiale, BEI, BAD », a plaidé l’universitaire et expert en économie, Hachemi Alaya.

« Au cas où ce scénario est retenu, le futur Gouvernement pourra  adopter une loi de finances complémentaire et l’adapter à ses nouvelles orientations », a-t-il expliqué.

Dans le cas contraire,  celui du report de l’adoption de la loi de finances, l’expert conseille au  futur chef du Gouvernement de faire une déclaration dans laquelle il s’engagera à poursuivre les réformes prévues dans le cadre du crédit Stand By, particulièrement en ce qui concerne la réduction du déficit budgétaire et des dépenses publiques.

Dans les deux cas, assure le professeur Hachemi Alaya, le Gouvernement tunisien doit donner des assurances aux bailleurs de fonds quant à la poursuite des réformes convenues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here