Laarayedh contre le report

Ali Laarayedh, le chef du gouvernement a déclaré que  « le report de l’examen de la loi de finances ne nous avancera en rien, notamment avec le début de la concrétisation des processus gouvernemental, électoral et constitutionnel, alors que le prochain gouvernement à la possibilité de réviser la loi de finances. Pour toutes ces raisons, nous avons estimé que le report de l’examen de la loi de finances est une aventure ».

Intervenant lors de la séance plénière consacrée à l’examen de la loi de finances 2014, A. Laarayedh a affirmé que « le choix du report de l’examen de la loi de finances 2014 comporte plusieurs risques, et ce après avoir consulté plusieurs spécialistes en la matière ». Avant d’ajouter : « ce report est préjudiciable au pays, car la réglementation en vigueur exige l’adoption de la loi de finances bien avant la fin de l’année ».

Par ailleurs, Ali Laarayedh a rappelé : « Cette exception dans l’histoire du pays n’a jamais été utilisée, alors que nous aurions pu le faire en 2011, quand le gouvernement à accéder au pouvoir le 23 décembre. Il s’est penché sur ce choix, avant de proposer un budget complémentaire. Nous ne savons même pas quelles sont les retombées juridiques de ce report et la capacité de l’administration tunisienne à interagir sur son traitement », précise-t-il.

Ali Laarayedh a également indiqué que le report implique la suspension du budget du développement et par conséquent la suspension des projets du développement selon ses dires, avant de conclure que dans ce cas la seule mesure qui demeure possible avec le report est le virement des salaires.

De même, il a avancé un autre argument à savoir l’image de la Tunisie. « Ce choix posera plusieurs interrogations dans le pays et en dehors du pays, en  reflétant une image négative, à un moment où on accueille une nouvelle période avec un nouveau gouvernement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here