La Loi de Finances 2014 vue par les jeunes dirigeants

Le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) relevant de l’Utica a passé en revue les dispositions contenues dans la Loi de Finances 2014. Les jeunes dirigeants ont présenté leurs propositions pour améliorer certaines dispositions et ont suggéré de  supprimer plusieurs autres (Les commentaires du CJD).

Le CJD a indiqué que la Loi de Finances 2014 a été élaborée sans prendre en considération la situation économique et financière difficile des entreprises tunisiennes.

Le Centre a, par ailleurs, constaté que cette loi prévoit :

–          L’augmentation directe de la charge fiscale sur les entreprises à travers la décision relative à l’impôt sur les dividendes ;

–          L’augmentation des sanctions pénales  à l’encontre  des contribuables

–          La fiscalisation des bénéfices des entreprises exportatrices, ce qui engendrera certainement la régression de l’investissement extérieur et la délocalisation des sites de production vers d’autres pays plus attractifs fiscalement.

–          L’augmentation des impôts sur les opérations foncières, ce qui pourrait augmenter la spéculation et, partant, le prix au m² et la diminution de la rentabilité de ce secteur

–          L’élargissement des mécanismes et des outils de contrôle fiscal sans pour autant accorder des garanties aux contribuables.

Le CJD a, en outre, précisé que cette loi ne prévoit  aucune mesure permettant d’inciter à l’investissement et à la création d’emplois, ce qui pourrait aggraver la crise économique actuelle.

Le CJD a appelé à la nécessité de trouver un certain équilibre entre l’incitation à l’investissement, l’allègement de la charge fiscale des contribuables et la préservation des équilibres macroéconomiques.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here