Wided Bouchamaoui : «Être chef de Gouvernement est une lourde responsabilité»

Interviewée aujourd’hui par Mosaïque FM, Mme Wided Bouchamaoui, présidente du patronat tunisien, l’UTICA, a fait savoir que le consensus est la seule issue à la crise économique et sociale que traverse actuellement la Tunisie. « Le consensus entre les partis politiques passera seulement par le consensus autour d’une personnalité nationale qui doit être neutre et indépendante », a-t-elle  affirmé.

Mme Bouchamaoui a précisé que le rôle de l’Utica ne consiste pas à proposer des noms, mais plutôt à sauver la Tunisie. « Il n’y a pas un consensus autour d’une personnalité pour le poste de chef du Gouvernement, mais nous devons changer de tactique pour sauver la Tunisie », a-t-elle précisé.

Quant au Dialogue national, Mme Bouchamaoui n’a pas caché ses craintes quant à l’avenir de la Tunisie en cas d’échec. Pour elle, la seule issue à la crise est la nécessité de mettre fin à l’anarchie économique et à la contrebande.

«  Être un chef de Gouvernement est une lourde responsabilité, mais pour savoir pour qui voter aux prochaines élections, le peuple tunisien a le droit de savoir qui est à l’origine de l’échec du dialogue national. Chacun doit assumer sa responsabilité. Toutes nos positions sont prises en concertation avec nos structures de base », a-t-elle précisé.

Interpellée sur les déclarations du ministère de l’Intérieur quant aux dernières menaces terroristes,  Mme Bouchamaoui a fait savoir que ces déclarations pourraient annuler les réservations «  last-minute » et qu’elles auront des conséquences négatives sur le tourisme tunisien.

Interrogée sur les dernières déclarations d’un responsable de la BCT sur l’implication d’ hommes d’affaires quant au blocage de  l’opération de prêt accordé  par le FMI à la Tunisie, Mme Bouchamaoui a précisé qu’il y a des gens qui essayent de ternir l’image des hommes d’affaires. « Notre amour pour la patrie ne nous permet pas d’accepter de tels mensonges », a-t-elle précisé.

Interpellée sur le projet de Budget de l’Etat  pour 2014 et  le nouveau Code d’investissement, la présidente du patronat tunisien a précisé que ce code n’est pas une priorité. « L’entreprise est en train de subir de plus en plus de pression.  La conjoncture actuelle ne permet pas de prendre de telles mesures qui touchent directement à la compétitivité  de l’entreprise tunisienne qui souffre déjà  du commerce parallèle, mais nous sommes prêts à faire des sacrifices », a-t-elle indiqué.

Intervenant sur le fameux Livre noir, Mme Wided Bouchamaoui a déploré la manière dont il a été élaboré. Selon elle, il ne peut qu’aggraver la division entre  Tunisiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here