Economie sociale et solidaire : 27% des associations sont sur le Grand-Tunis

Selon une publication de l’IPEMED (Institut de Prospective Economique du monde méditerranéen) qui s’intitule «  L’économie Sociale et Solidaire au Maghreb », la répartition des associations dans les régions tunisiennes est « paradoxale ».
Selon les statistiques 2012, de l’IFEDA (Centre d’information, de formation, d’études et de développement des associations), le Grand-Tunis, qui est la région qui compte le plus faible taux d’indice de pauvreté par rapport aux autres régions (-10%), concentre à elle seule 27% des associations, alors que des régions comme le Centre-Ouest avec un indice de pauvreté dépassant les 30%, le pourcentage d’associations est de 12%.
Toutefois, le document a émis des réserves quant à la pertinence des statistiques de l’IFEDA et n’omet pas « d’opposer » à son interprétation les résultats d’une enquête menée par la Banque Africaine de Développement en 2012 auprès de 259 associations, selon laquelle 37,6% des répondants interviennent à un niveau national, 41,4% à un niveau régional, 42,1% au niveau du gouvernorat, 45,1% au niveau municipal et 20,3% au niveau du voisinage.
Ce qui revient à dire que ces associations peuvent intervenir dans un autre gouvernorat que celui de leur « domiciliation ».
Selon la publication de l’IPEMED, la répartition des associations est liée à celle des pôles économiques, du centre de prise de décisions et de définition des politiques économiques et sociales qui se concentrent dans les régions littorales et dans la capitale.
Il est à noter que les associations tunisiennes (statistiques 2012, de l’IFEDA), interviennent pour la plupart dans le champ du développement des écoles (31%) et dans le champ culturel et artistique (16%).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here