Abdellatif Mekki : les 6,3% du PIB consacrés à la santé sont insuffisants

Abdellatif Mekki L'Economiste Maghrébin

Intervenant dans le cadre du lancement du rapport sur l’investissement et le financement dans la santé intitulé : « Santé mondiale 2035 : un monde convergent d’ici une génération », le ministre de la Santé, M. Abdellatif Mekki, a déclaré : « …. la question du financement de la santé et de l’investissement dans ce domaine vital sont des questions cruciales auxquelles font face tous les systèmes de santé et particulièrement ceux des pays en développement ».

En effet, d’après les chiffres énoncés par le ministre, en Tunisie 6,3% du PIB sont consacrés à la santé et ce financement est assuré par l’Etat, les caisses de sécurité sociale et les ménages contribuant respectivement à hauteur de 30%, 30% et 40%.
Selon M. Abdellatif Mekki, le volume de financement n’est ni suffisant ni bien employé et d’ajouter qu’il faut alléger la part des ménages qui dépasse de loin la moyenne qui est de 20% ; car dépassé ce seuil, les dépenses pour la santé deviennent un mécanisme d’appauvrissement.

A ce sujet le ministre a déclaré : « Ce rapport est d’autant plus attendu en Tunisie que nous sommes depuis près d’une année en plein débat dans le cadre du dialogue sociétal sur les politiques et les programmes de santé, où les questions de financement occupent le devant du dialogue et de la réflexion ».

Le ministre a salué les préconisations du rapport en ces termes : « Je formule le vœu de voir ce rapport constituer une référence pour nous et pour tous les pays qui œuvrent pour la réforme de leur système de santé dans une perspective d’équité et de qualité. »

Publié par la revue spécialisée The Lancet et lancé en Tunisie en collaboration avec la BAD (Banque Africaine de développement), ce rapport  est un document élaboré par la Commission sur l’investissement dans la santé (CIS) un groupe international et multidisciplinaire composé de 25 membres, présidé par Lawrence H. Summers et Charles W. Eliot (professeur à l’Université d’Harvard) et coprésidé par Dean T. Jamison (professeur à l’Université de Washington).
Le CIS a reçu le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates, de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement (NORAD), de l’Institut Harvard Global Health (HGHI), du Département du développement international du Royaume-Uni (DFID), ainsi que du projet financé par la Fondation Bill & Melinda Gates sur les priorités en matière de lutte contre les maladies (DCPN), basé au sein du Département de la Santé mondiale de l’Université de Washington.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here