Hamma Hammami : « Ceux qui nous ont attaqués sont des criminels mercenaires»

Ce matin au siège du Parti des Travailleurs, par ailleurs siège du Front Populaire, les châles de Ayoub Jlassi, 24 ans, et d’Oussama Saoud, un lycéen de 18 ans, étaient encore imprégnés d’un sang humide. Les deux jeunes hommes, activistes du parti des travailleurs n’étaient pas là. A la suite d’affrontements qui les ont opposés hier, au siège du parti, à un groupe d’environ 60 assaillants, ils ont été transportés à l’hôpital Charles Nicolle. Le premier a été poignardé à la poitrine, le second a été assommé et a reçu un coup de couteau à la mâchoire.

chales

Revenant sur l’incident, Jilani Hammami, le porte-parole du Parti des Travailleurs qualifié les agresseurs de « bande de criminels ». « La police nous a informés dans l’après midi qu’un groupe d’individus s’apprêtait à attaquer le siège et nous a appelés à la vigilance. Dans la soirée, vers 22h30 les attaquants s’en sont pris au siège du parti à coup de pierre. Ils étaient armés de d’assommoirs, de couteaux et de bombes à gaz », a-t-il raconté, pour noter par la suite que «  la police qui était sur place n’est pas intervenue à temps, ce qui amené les jeunes du parti à se défendre ».

« Ce groupe d’agresseurs a été guidé par un certain Nejib Dziri et, ensemble, ils scandaient des slogans hostiles à Hamma Hammami et au Parti des Travailleurs», a renchéri le porte-parole.

« Mais cette hostilité ne nous effraie point ! Ils ont eu tort en s’attaquant à la tanière des lions ! », a martelé à son tour Ahmed Seddik, pour qui « ce genre d’agressions n’affaiblira surtout pas le Front Populaire ».

Pour ce membre du conseil des secrétaires généraux du Front Populaire, le Front Populaire est soudé et fort. Par cette fermeté, voulait-il balayer les rumeurs qui parlent de prémices de conflits intestinaux au sein du large front de la gauche ? C’est ce qu’a exprimé Hamma Hammami, avec plus de précision.

Réfutant les informations soutenant que le groupe agresseur serait composé d‘étudiants syndicalistes radicaux, qui lui seraient hostiles à cause de son alliance politique avec Nidaa Tounes, Hamma Hammami, le leader du Parti des travailleurs et du Front Populaire a expliqué : «  Celui qui recourt à la violence ne peut être ni étudiant, ni syndicaliste, ni politicien. C’est un groupe de criminels mercenaires qui s’attaquent au Front Populaire dans un contexte bien particulier : celui du premier anniversaire des évènements de Rach de Siliana et des différents mouvements de protestation à travers le pays. ».

Qui est le commanditaire de ce groupe ? «  C’est ce que vont révéler les enquêtes », a répondu Hamma Hammami.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here