Les entreprises allemandes en Tunisie dans l’expectative

Dans quelles mesures la crise politique actuelle en Tunisie a-t-elle une influence sur les activités économiques des entreprises exportatrices allemandes implantées en Tunisie ?

Telle était la question centrale posée par la Chambre tuniso-allemande de l’Industrie et du commerce à ses adhérents, dans le cadre d’une  enquête  publiée, il y a près de deux mois.

30 sociétés ont pris part à l’enquête. Elles emploient  au total  plus de 20.000 personnes. Sans être représentatives, au sens statistique du terme,  de l’ensemble des entreprises allemandes en activité sur notre territoire, il n’en demeura pas moins que les avis exprimés ne se situent pas loin de la réalité vécue par l’ensemble du tissu économique tunisien.

Résultats :

La situation actuelle influe  sur 63% des entreprises : ainsi pour 37% d’entre-elles, la réticence de la part des clients et partenaires, en raison de l’incertitude qui règne, constitue le principal défi. Par ailleurs le manque de sécurité et de stabilité dans le pays amène certaines entreprises (11%) à envisager la mise en place d’autres sites de production à l’étranger. Enfin 21% des entreprises ont cité les grèves et 11% le manque de personnel qualifié comme influences négatives sur leurs activités.

Malgré les difficultés, 76% des entreprises, ayant répondu, ont enregistré des chiffres d’affaires à l’export constant ou en croissance au cours des huit mois de  2013. Ainsi 50% des entreprises s’attendent à des chiffres d’affaires stables et 33% à des revenus d’export en hausse.

Jusqu’à présent les sociétés allemandes installées en Tunisie gardent leur confiance, mais avouent la nécessité  d’avoir, dans un avenir proche, des conditions sûres et stables.

Les entreprises allemandes répondantes ont ainsi formulé des demandes aux responsables politiques : 43% réclament des conditions politiques et sociales stables, 39% revendiquent plus de rigueur de planification, 17% exigent la fin des grèves afin de pouvoir exercer leurs activités dans des conditions stables.

Outre leur demande pour des élections rapprochées, les entreprises souhaitent également une amélioration dans le domaine de la formation professionnelle.

Sur ce dernier point, il y est relevé que, d’une part, des entreprises sont à la recherche d’un personnel qualifié alors que, d’autre part, de jeunes diplômés se retrouvent au chômage. Ce qui manque, à ces derniers, reste le côté pratique. C’est pourquoi, les entreprises suggèrent une formation complémentaire, afin de leur permettre d’accéder au marché du travail toujours demandeur.

La Chambre tuniso-allemande de l’Industrie et du commerce pourrait être le partenaire pour la mise en œuvre d’une initiative répondant à ces attentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here