La Tunisie : Etat providence ?

A entendre les propos d’Amel Lassoued, chargée de mission  auprès du ministère de l’Habitat et de l’Equipement, lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui 8 novembre, au palais du Gouvernement, l’auditoire pourrait comprendre  que l’Etat assume son rôle « d’Etat providence ». L’habitat, souci majeur de tous les Tunisiens, notamment les classes défavorisées, demeure au centre des préoccupations du ministère compétent.  D’ailleurs dans cette optique, un programme national, dont le premier bénéficiaire est la classe défavorisée, a été mis en œuvre depuis 2012.

Une stratégie d’habitat  au bonheur des classes défavorisées Ce projet se base sur deux axes, à savoir

1/La démolition des logements rudimentaires ou la réfection de logements existants ou encore leur extension

2/ La création d’un projet de logement social en faveur des classes défavorisées

Le projet en question ambitionne de créer 30.000 logements sur tout le territoire tunisien.   La première partie du projet englobe une intervention sur  10.000 logements rudimentaires.  Mme Amel Lassoued a déclaré que, dans ce sens là, le comité de pilotage du projet a validé la liste des bénéficiaires dans les 24 gouvernorats, à savoir 8202 bénéficiaires dont 6093 dont les maisons ont été reconstruites.

« Le ministère de l’Habitat et de l’Equipement a pris soin d’élaborer une stratégie prenant en considération la situation financière du bénéficiaire », déclare la chargée de mission  tout en précisant que les coût de l’intervention ne doit pas dépasser les 35.000 mille dinars dont 50% seront assurés par l’Etat et le reste remboursable par le bénéficiaire sur 25 ans et sans intérêt.

«  Même dans le cas du non-paiement de certaines mensualités, le logement ne sera pas saisi.  Cependant, le bénéficiaire n’est pas autorisé à le vendre ni à le laisser en héritage», précise-t-elle

Concernant le deuxième axe, il ambitionne la création de 20.000 logements sociaux . Le coût du projet a été estimé à 1000 millions de dinars.  Afin de fixer la liste des familles bénéficiaires, un appel à candidature a été lancé du 1er juillet au 30 septembre 2012 et 123 demandes ont été retenues et actuellement les comités régionaux sont en train d’étudier les demandes afin de s’assurer qu’elles remplissent les critères requis.

De la transparence avant toute chose
« L’appartenance  politique n’a rien à voir avec les critères de sélection des bénéficiaires », affirme Mme Lassoued.  Et d’énoncer les critères en question : l’état de la maison, le salaire et le nombre d’enfants . Afin de rassurer l’opinion publique, Madame Lassoued a affirmé que la transparence est de mise et la liste des bénéficiaires sera affichée devant les  délégations « afin que les citoyens puissent en prendre connaissance et s’assurer qu’il ne s’agit pas de choix partisans ». D’ailleurs, après avoir affiché la liste la possibilité de signaler l’existence d’un bénéficiaire qui ne répond pas aux critères de sélection requis demeure toujours possible. « La révolution est là pour prôner l’esprit d’équité entre tous les citoyens », dit-t-elle  fièrement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here