François Burgat expose les erreurs des islamistes

De passage à Tunis, le professeur arabisant, spécialiste du monde arabo-musulman François Burgat a présenté une intervention dans le cadre des rencontres du Forum El-jahed. Durant cette intervention, il a exposé quelques pistes de réflexion sur les mouvements islamistes.

D’après l’intervenant, le courant islamiste est le courant le plus persécuté par le pouvoir politique en place. De plus, ses rapports avec le monde occidental sont beaucoup plus tendus et mouvementés que les autres courants politiques, notamment la gauche.

Le handicap majeur auquel sont confrontés les islamistes est l’absence de toute expérience politique pour une bonne gouvernance de l’Etat. De plus, l’ascension au pouvoir des islamistes sans expérience dans la direction de l’Etat est arrivée à un moment où la société a des nécessités beaucoup plus pressantes qu’à l’époque du totalitarisme.

Revenant sur le contexte dans lequel les mouvements islamistes ont accédé au pouvoir, l’expert  affirme que  c’est un contexte  tout à fait défavorable aussi bien au niveau national qu’ international, à l’exception de la Turquie, du Qatar et de l’Iran.

L’erreur principale commise par les islamistes une fois qu’ils ont accédé au pouvoir, c’est bien leur hâte d’imposer leur projet de société, sans prendre le temps de l’étayer par des arguments convaincants, aussi bien sur le plan politique que social. De plus, leur difficulté à imposer leur mainmise sur les principaux rouages de l’Etat a engendré des nominations partisanes aux postes clés, et ce, au détriment de la compétence effective.

En ce qui concerne les rapports avec le monde occidental, le conférencier a évoqué la prise de position d’Alain Juppé où il a appelé à s’ouvrir à toutes les tendances politiques à l’exception de celles qui exercent la violence. A ce propos, l’intervenant a rappelé son expérience de directeur de l’Institut français du Proche-Orient où à une certaine époque il était interdit aux diplomates français de serrer la main d’un membre du Hamas. L’intervenant s’est félicité du changement intervenu dans les propos de Juppé par la suite :  «  On salue tout le monde y compris le courant islamiste ».

Répondant à ceux qui avancent qu’il soutient les islamistes,  il déclare: « Je ne soutiens pas les islamistes,  je soutiens la légitimité du courant politique ».

2 Commentaires

  1. Je me démarque expressément de ce compte rendu extrêmement tendancieux et qui ne rend pas compte du tout ni de la lettre ni de l’esprit de mon intervention. François BURGAT

    • Il est possible que le compte rendu de notre journaliste ne soit pas fidèle à vos propos mais jamais tendancieux ou de mauvaise foi.Dans tous les cas, nous vous présentons nos sincères excuses et notre profond respect.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here