Bouteflika briguera-t-il un quatrième mandat ?

Le FLN, principale force politique algérienne, vient d’annoncer qu’il soutient la candidature du président Bouteflika à la présidentielle de 2014, évoquant son bilan.

L’annonce sera-t-elle suivie d’effet ? Nombre d’observateurs aussi bien en Algérie que dans plusieurs capitales du monde se perdent en conjectures. L’annonce faite par le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN, parti au pouvoir), Amar Saadani, samedi, 26 octobre 2013, à Blida (50 km au sud-ouest d’Alger), à l’occasion de la clôture du cycle des rencontres régionales du parti, selon laquelle le président  « Abdelaziz Bouteflika sera le candidat du parti pour la prochaine élection présidentielle de 2014 », ne laisse en effet personne indifférent.

Et ce, pour au moins deux raisons. D’abord, l’état de santé du chef de l’Etat algérien aujourd’hui âgé de 76 ans. L’homme a été hospitalisé en France par quatre fois depuis 2005 (2005, 2006, 2011 et 2013). La dernière hospitalisation remonte, donc, au printemps 2013. Le président algérien a été contraint à cette occasion de s’absenter pendant 80 jours de son pays: il est rentré en Algérie en juillet 2013.

Ensuite, sa longévité : il a accompli trois mandats présidentiels de cinq ans : 1999, 2004 et 2009. Cette dernière élection présidentielle a été précédée d’un amendement de la Constitution, en 2008,  qui ne limite plus le nombre de mandats présidentiels (art.74 de La Loi n°08-19 du 15 novembre 2008). Selon certaines révélations, un projet de révision de la Constitution prévoirait l’instauration d’un mandat présidentiel de sept ans renouvelable une fois.

Bouteflika bénéficie également de l’appui de la très imposante UGTA

Des voix se sont d’ailleurs élevées dès cette annonce contre cette candidature. Elles ne sont pas nouvelles. Elles parlent de la nécessité d’« une relève et du sang neuf » pour la gestion des affaires publiques en Algérie. C’est le sens de certains appels, notamment, survenus en mars 2013 dont celui d’Ahmed Benbitour, 67 ans, ancien Premier ministre algérien (1999-2000). Ce dernier est cependant  lui-même officiellement candidat à la prochaine présidentielle de 2014. Des appels qui donnent souvent, selon certains, un air de « ôte-toi de là que je m’y mette ».

Le locataire du Palais d’El Mouradia (siège de la présidence algérienne)  n’a pas encore annoncé sa volonté de se porter candidat à la magistrature suprême. Mais l’appui du FLN est d’une extrême importance et serait de nature à l’encourager à franchir le pas. Parti historique qui a conduit à l’indépendance de l’Algérie en 1962, le FLN est aujourd’hui majoritaire à la Chambre basse du Parlement (l’Assemblée Populaire Nationale –APN-) avec 221 sièges sur 462.

Le président Bouteflika peut compter aussi sur le soutien du RND (Rassemblement National Démocratique), deuxième force politique du pays qui compte 70 députés  à l’APN. Le porte-parole et président du groupe parlementaire du RND, Miloud Chorfi, l’a annoncé dans une réunion de son parti à Tizi Ouzou (ville située à 100 kilomètres d’Alger), qui s’est tenue également le 26 octobre 2013.

Selon le journal électronique Tout  Sur l’Algérie (TSA), Ammar Saadani  a  expliqué « le choix du FLN par deux principales raisons » : d’abord, « la Constitution permet au président de briguer un quatrième mandat.» Ensuite, « le bilan du président Abdelaziz Bouteflika est très positif sur tous les plans, politique, économique culturel et social ».

Le président Bouteflika bénéficie également de l’appui de la très imposante UGTA (Union Générale des Travailleurs Algériens), le syndicat ouvrier algérien. Le secrétaire général de la centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd, a assuré, à l’occasion de la tenue  de la réunion « tripartite » entre le gouvernement, le patronat et le syndicat ouvrier, le 10 octobre 2013, à Alger, que «le président Bouteflika a bénéficié, bénéficie et bénéficiera de toute la sollicitude, la solidarité et l’engagement de l’UGTA, car nous ne sommes pas de ceux qui renient leurs engagements ».

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here