Liberté de la presse : l’Algérie et le Maroc mieux classés que la Tunisie

Concernant la Tunisie, la liberté de la presse est loin d’être acquise. En effet, « la Tunisie (138e) deux ans après la chute de Ben Ali, perd quatre places, alors qu’elle avait nettement progressé en 2011 (+30 places). Pourquoi ? Les agressions de journalistes se sont multipliées au cours du premier trimestre de 2012. Depuis, les autorités ont entretenu le vide juridique en retardant la mise en œuvre des décrets-lois régissant les médias. Pratique qui a rendu possible des nominations arbitraires à la tête des organes de presse publics. À souligner le discours le plus souvent méprisant, voire haineux, des hommes politiques envers les médias et professionnels de l’information », peut-on lire dans le rapport.

Comparée à d’autres pays maghrébins, la Tunisie reste dans une position inférieure à celle de l’Algérie ou du Maroc. En fait, l’Algérie se place à la 125e position, malgré « la multiplication des agressions et procès à l’encontre des professionnels de l’information et les pressions économiques imposées sur les médias ».

Le Maroc vient légèrement après la Tunisie occupant la 136e position. Cependant, le rapport note que « si des réformes du système des médias ont été annoncées après la mise en place du gouvernement d’Abdelilah Benkirane en novembre 2011, les promesses, notamment la dépénalisation des délits de presse, tardent à se concrétiser. L’arbitraire et l’absence de transparence sont souvent de mise dans les prises de décision, notamment dans l’octroi et le retrait des accréditations ».

1 COMMENTAIRE

  1. je doute de ce classement
    comment une dictature comme le maroc ont une liberte de presse ?????
    J ai jamais entendu au maroc un journal ou un site marocain critiquer le roi ou meme un membre du famille royale
    alors ou est la liberte de presse au maroc ?????????

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here