OMS : la pollution atmosphérique est désormais classée cancérigène

taux de mortalité

Le jeudi 17 octobre 2013 est une date à retenir : le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a annoncé la classification de la pollution de l’air extérieur comme cancérigène pour les humains, une étape majeure en matière de lutte contre le cancer.

Après avoir examiné soigneusement les dernières données de la littérature scientifique, des experts mondiaux  réunis par le Programme des Monographies du CIRC , surnommé l’ « encyclopédie des substances cancérigènes » ont finalement conclu qu’il existe désormais des preuves suffisamment importantes pour affirmer que l’exposition à la pollution de l’air extérieure constitue un facteur favorable à l’apparition du cancer du poumon, de même une association positive avec un risque accru du cancer de la vessie a été trouvée.

Ces conclusions sont le résultat d’une analyse de plus de 1000 articles scientifiques dont des études épidémiologiques menées sur des millions de personnes vivant en Europe, en Amérique du Nord et du Sud et en Asie, lesquels ont étudié l’effet cancérigène de divers polluants présents dans l’air ambiant.

Les particules en suspension dans l’air, une composante majeure de pollution atmosphérique, ont été évaluées séparément et ont également été classées comme cancérigènes pour les humains.

Bien que la composition de la pollution de l’air et les niveaux d’exposition peuvent varier considérablement entre les lieux, les conclusions du groupe de recherche s’appliquent à toutes les régions du monde.

La pollution atmosphérique est déjà connue pour augmenter le risque d’apparition de toutes sortes de maladies, telles que les maladies respiratoires et cardiaques. En effet, des études récentes montrent que les niveaux d’exposition ont considérablement augmenté dans certaines parties du monde, notamment dans les pays en voie d’industrialisation rapide avec une forte densité de population.  A titre d’exemple, les données indiquent qu’en 2010, 223 000 décès par cancer du poumon enregistrés dans le monde ont été causés par la pollution de l’air.

 » L’air que nous respirons est devenu pollué avec un mélange de substances cancérigènes », explique le Dr Kurt Straif, chef de la Section des Monographies du CIRC, et ajoute : « Nous savons maintenant que la pollution de l’air extérieur n’est pas seulement un risque majeur pour la santé en général, mais aussi une cause environnementale de premier plan des décès par cancer ».

Selon les scientifiques, les sources de  pollution atmosphérique sont essentiellement : les transports, l’industrie, l’agriculture, la combustion pour la cuisson des aliments et le chauffage des habitations. Le CIRC publiera un rapport détaillé, à propos de cette classification, le 24 octobre dans la revue The Lancet Oncology.

« Classer  la pollution atmosphérique comme cancérigène pour l’homme est une étape importante », souligne Dr Christopher Wild directeur du CIRC.  Il conclut qu’  » il existe des moyens efficaces pour réduire la pollution de l’air et, étant donné l’ampleur de l’exposition qui touche les individus de par le monde, ce rapport devrait envoyer un signal fort à la communauté internationale afin de prendre des mesures en conséquence sans plus tarder « .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here