BAD : Le développement du gaz de schiste profiterait largement à l’économie tunisienne

Dans un  rapport rendu public hier jeudi 17 octobre sur « Les opportunités du gaz de schiste en Afrique », la Banque Africaine de  Développement (BAD) indique que si les réserves en gaz de schiste de la Tunisie étaient confirmées, la donne énergétique en serait considérablement modifiée dont une baisse des importations de gaz et une diversification des ressources en combustibles du secteur de l’électricité, surtout que le pays dispose de très faibles réserves nationales de gaz conventionnel et que la production y est limitée.

Toutefois, le document de la BAD met l’accent sur « l’inexpérience de la Tunisie dans la gestion du secteur des hydrocarbures, outre les difficultés de gestion des risques environnementaux et la capacité en approvisionnement en eau ».

D’après la BAD, les réserves de la Tunisie en gaz de schiste sont estimés à 61 000 milliards de mètres cubes et les réserves techniquement exploitables, à 18 000 milliards.

Le pays pourrait remplacer le gaz importé par une production locale moins chère, assure le rapport, ce qui favoriserait une légère hausse de la croissance, de la consommation d’énergie et des émissions ».

« Les réserves estimées se situent dans le bassin de Ghadames et un premier puits a été foré par fracturation en 2010. La Tunisie produit un faible volume de gaz tout en en consommant plus, ce qui fait d’elle un importateur net.

Un développement de la production locale profiterait, d’après la BAD, largement à l’économie nationale », ajoute le rapport.

Les problèmes environnementaux qui pourraient découler de la fracturation font déjà l’objet de débats tendus en Tunisie. Ainsi, des articles publiés par les médias ont soulevé des craintes quant à une possible pollution du système d’approvisionnement en eau au niveau local, ainsi que sur une éventuelle pénurie d’eau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here