S. Zeghal: revisiter le taux d’imposition des sociétés offshore n’est pas une priorité

Slim Zeghal, chef d’entreprise et membre du comité directeur de la maison de l’entreprise (IACE) s’est montré sceptique sur l’efficacité de l’augmentation du taux d’imposition des sociétés offshore et a estimé qu’il existe plusieurs actions prioritaires à entreprendre.

Pour lui, les bailleurs de fonds ont poussé l’Etat à  rapprocher le statut de l’on shore de  celui  de l’offshore. De la sorte l’efficacité de cette mesure sera perceptible et significative à long terme, cependant « aujourd’hui, vu le contexte particulier du pays, ce n’est peut être pas la première démarche utile pour renforcer le budget de l’Etat », avance-t-il.

Et de continuer : «  Je ne suis pas convaincu que mettre 10% sur les recettes de l’exportation va générer pour l’Etat ce qu’il attend de cette mesure. On sait très bien que les régimes forfaitaires ne sont pas représentatifs. Même dans un souci d’équité fiscale, il faut que les autorités compétentes agissent d’une manière efficace et équitable ». Avant de rappeler que leur contribution au budget de l’Etat est quasi-négligeable.

Revenant alors sur le principe d’équité fiscale, il ajoute : « Les Tunisiens doivent comprendre que payer ses dettes est un acte citoyen et le principe de l’équité fiscale encouragera les citoyens à payer leurs impôts ».

Enfin, pour M. Zeghal, un taux d’imposition de 10% pourrait inciter les entreprises à loger leurs marges ailleurs, avant de conclure qu’une décision pareille aura un impact négatif sur le plan de la communication étant donné qu’il s’agit d’une décision « hâtive ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here