Ben Guerdane : un nouveau pôle économique … de l’informel en Tunisie

Selon les estimations d’une enquête de terrain réalisée par le professeur Mohamed Haddar, président de l’Association des économistes tunisiens,  environ 712 millions de dinars de transfert illégaux de devises par an transitent par Ben Guerdane (gouvernorat de Medenine au Sud tunisien). La même enquête a identifié cinq pourvoyeurs de fonds identifiés (sarrafa) et quelque 250 à 300 changeurs de devises.

S’agissant de la contrebande des hydrocarbures, environ 300 mille litres/jour sont introduits illégalement sur le territoire tunisien. 60 grossistes contrôlent le marché de produits de toute sorte.

L’enquête a, par ailleurs identifié 1200 détaillants qui assurent la distribution à travers 600 transporteurs qui véhiculent les produits en différents points du pays. Ce commerce informel n’obéit à aucun prélèvement fiscal et social.

L’ensemble se passe au vu et au su de tous sans broncher, toléré même, sous le motif que des milliers de familles vivent de ces activités tandis que  l’entreprise se meurt !

Timide au départ, cette culture de l’informel est en train de s’enraciner dangereusement, car une fois le point de non retour atteint, si ce n’est déjà fait, inverser les gaz relèvera de l’impossible exercice, compte tenu de la sensibilité de la région, incapable d’offrir une alternative économique formelle comme source de revenu aux familles impliquées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here