La facture de la recapitalisation des trois banques publiques risque de s’alourdir

banques publiques

Tel est le cri d’alarme lancé par une étude menée par le Centre tunisien de veille et d’intelligence économique (CTVIE) portant sur l’évolution de l’environnement économique actuel et ses impacts sur le secteur bancaire tunisien.

L’étude a conclu qu’en dépit des résultats attendus des full audits commandés pour les trois principales banques publiques, la situation de ces dernières semble empirer, au vu de la dégradation de la conjoncture politico-économique actuelle. Et d’ajouter que la facture de leur recapitalisation, estimée initialement à un maximum de 5% du PIB, risque de s’alourdir, si l’activité économique continuait à pâtir de l’instabilité politique.

L’étude a signalé, en guise d’introduction, qu’outre les problèmes structurels du secteur bancaire, la dégradation de l’environnement économique en Tunisie pourrait exposer le système bancaire tunisien à des risques systémiques particuliers qui ne seraient pas sans effet sur le produit net bancaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here