FMI : La crise politique et sécuritaire en Tunisie pèse sur l’économique

A l’issue de la mission du Fonds monétaire international (FMI), qui a eu lieu à Tunis du 11 au 25 septembre 2013, , le chef de la mission du FMI pour la Tunisie a rendu public un communiqué dans lequel il a déclaré que la mission a eu des échanges fructueux avec, entre autres, plusieurs hauts responsables du gouvernement et de la Banque Centrale de Tunisie et a discuté de la situation économique et financière du pays, des défis à relever et des meilleurs moyens pour le FMI de continuer à soutenir la Tunisie dans cette phase de transition politique.

Le communiqué indique également que “l’évolution de l’économie tunisienne à fin juin a été dans son ensemble en phase avec les objectifs du programme soutenu par l’accord de confirmation du FMI, bien que la reprise de l’économie tunisienne se soit poursuivie à un rythme plus faible que prévu, avec un taux de croissance réel estimé à 3 % au cours du premier semestre de l’année”.

Le rapport signale cependant que les risques sur l’économie tunisienne se sont accentués depuis.  “La crise politique actuelle et les récents développements sécuritaires —ainsi que la détérioration de la situation économique des principaux partenaires commerciaux de la Tunisie — pèsent sur l’activité économique. Les équilibres budgétaires et externes continuent à se creuser, et la poursuite des réformes, pour la plupart déjà entamées, est entravée et progresse plus lentement que prévu”.

“Des actions immédiates et urgentes sont nécessaires pour maîtriser les déficits extérieurs et budgétaires, réduire les vulnérabilités du secteur bancaire, et générer une croissance plus élevée et inclusive qui puisse absorber le chômage et réduire les disparités sociales et économiques”. “La poursuite de politiques macroéconomiques appropriées visant à maintenir la soutenabilité budgétaire et extérieure est essentielle pour préserver la stabilité macroéconomique”,  indique-t-il.

Pour finir, le communiqué mentionne que “le FMI reste pleinement déterminé à appuyer la Tunisie à travers son concours financier, des conseils en matière de politique économique et financière et l’assistance technique” et qu’une “mission de revue dans le cadre de l’accord de confirmation qui appuie le programme économique et des réformes du gouvernement est envisagée pour le mois de novembre 2013”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here