Nafaa Ennaifer pointe du doigt les lacunes du projet de loi de finances

Commentant le projet de Loi de Finances pour l’année 2014, le président de la Commission des affaires économiques de l’UTICA, Nafaa Ennaifer, a mentionné que, face au déficit budgétaire de 2013 et aux difficultés qui s’annoncent pour l’année 2014, ce projet ne présente pas des solutions et des réformes de fond.

« Cette loi va augmenter les impôts et affaiblir le pouvoir d’achat, au lieu de faire des économies sur les frais de fonctionnement », a-t-il estimé.

Concernant la réduction du taux de l’impôt sur les sociétés de 30 à 25%, il a affirmé que cette réduction accompagnée d’un impôt sur les dividendes de 10% donnerait un bilan global avec plus d’impôts, ce qui est de nature à augmenter finalement la recette fiscale de l’Etat.

Revenant sur la soumission des sociétés offshore à une taxe de 10% avec des dividendes d’environ 10%, Nafaa Ennaifer a qualifié cette mesure d’ « irresponsable » et de contrainte supplémentaire pour les investisseurs face à la compétitivité et à l’incertitude actuelle .

Quant à l’implication de ce projet sur les personnes physiques, le président de la commission des affaires économiques au sein de l’UTICA a noté que cette loi-visant à augmenter le taux marginal d’imposition des personnes physiques ayant un salaire brut annuel dépassant les 40 mille dinars de 30 à 35% et à imposer une taxe de compensation de 1%, 2% et 3% pour les hauts salaires (dépassant les 20 mille dinars par an), ainsi qu’une taxe de 1,5% sur la valeur actualisée du bien immobilier supplémentaire- est une mesure qui pourrait avoir des conséquences graves « la justice fiscale ne doit en aucun cas détruire les investisseurs ou les classes « aisées » dans le pays », a-t-il encore averti .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here