Semaine du 16 au 20 Septembre 2013

Les cimenteries en difficulté

Encore une baisse pour le marché boursier. Le TUNINDEX reste sur la même tendance et peine à se redresser, clôturant sur une perte hebdomadaire de 0.84% à 4528.39 points, soit une performance annuelle négative de -1.12%. Il faut dire qu’aucune bonne nouvelle n’est attendue à court terme et que dans ces conditions, les acteurs du marché auront du mal à imaginer un rebond durable avec une vraie inversion de tendance.

Au cours de la semaine dernière, Carthage Cement a fini par publier ses résultats relatifs à l’année 2012, au cours de laquelle la cimenterie a enregistré un déficit de 6,931MDT contre 5,829MDT en 2011. Des pertes principalement dues à une hausse des dotations à l’amortissement des frais préliminaires d’exploitation, d’un montant de 10 MDT. Au cours de 2012, la société a fait l’objet d’un contrôle fiscal au titre des différents impôts et taxes auxquels elle est soumise et couvrant la période allant du 22 octobre 2008 au 31 décembre 2010. Il a été réclamé à la société un complément d’impôts et taxes de 16,368 MDT dont 4,094 MDT d’excèdent sur l’impôts sur les sociétés. Carthage Cement a fait appel de cette décision et est parvenue à trouver un terrain d’entente avec l’administration fiscale en acceptant  une dette d’un montant de 6,483 MDT. En outre, un autre arrêté de taxation d’office a été notifié à la société le 28 aout 2012 et ayant pour effet de réclamer à la société un complément d’impôts et taxes de 7,228 MDT. Les emprunts ont enregistré une croissance de 12% par rapport au 31/12/2011 et s’élèvent à 405,316 MDT. Par ailleurs, nous rappelons que la société tiendra son AGO et AGE le 08 octobre prochain. L’AGE permettra, entre autre, de délibérer sur la mise en conformité des statuts.

A son tour, la société Les Ciments de Bizerte a clôturé son premier semestre 2013 avec des résultats catastrophiques, mais attendus. Les revenus ont enregistré une baisse de 21,4% passant de 34,700 MDT au 30/06/2012 à 27,254 MDT, ce qui a impacté la marge brute qui s’est élevée à -5,119 MDT au 30 juin 2013. Malgré les ventes à l’export qui ont évolué au cours du premier semestre 2013 de +100%, soit 3,112 MDT par rapport à la même période de l’année écoulée, les ventes locales ont baissé à 24,141 MDT contre 34,700 MDT au 30/06/2012. Le rythme des ventes a ralenti du fait de la diminution de la production comme prévue et du fait que la société est entrée dans la dernière phase de préparation de l’arrêt pour le montage du nouveau four. La production du clinker au cours du premier semestre 2013 a atteint 179 480 tonnes contre 276 760 tonnes au premier semestre 2012. Cette baisse est du essentiellement à l’arrêt définitif du four 1, à la vétusté des équipements en général et la préparation du grand arrêt. Ce problème sera résolu définitivement par la réalisation du PMN2, opération en cours qui sera finalisée fin 2013. Le résultat d’exploitation est passé de -4,359 MDT au 30 juin 2012 à -9,626 MDT au 30 juin 2013. Le déficit du résultat net semestriel s’est creusé d’avantage passant de -1,185 MDT au 30/06/2012 à -6,859 MDT au 30/06/2013.

Le secteur semble ainsi traverser une période difficile. L’annonce jeudi dernier de l’intention de l’Etat de réduire à hauteur de 50% sa subvention en électricité et gaz à partir du 1er octobre, pour être totalement annulée durant l’année 2014, pour les grands consommateurs d’énergie dont huit sociétés de ciments, n’est pas une bonne nouvelle. Nous n’avons pas d’idées sur une révision du prix de vente du ciment à la hausse et si la hausse est suffisante pour couvrir l’augmentation du coût de production. Mais cette décision peut également ouvrir les portes de l’export à tous les opérateurs du secteur puisque la subvention de l’Etat était la principale raison de son interdiction.

Actualité

MPBS : Introduction en Bourse

La société MPBS (spécialisée dans la production et la commercialisation de panneaux de bois) vient d’obtenir l’accord d’admission du Conseil de la Bourse pour une introduction sur le marché  principal à travers une augmentation de capital.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here