E-commerce en Tunisie

Selon Lazhar Banour, Directeur du e-commerce au ministère du Commerce, la sphère électronique tunisienne compte aujourd’hui plus de 600 plateformes actives dédiées au e-commerce (boutiques en ligne). Et bien qu’en seulement huit mois, le flux de transactions sur le marché B to C (Business to Consumer) ait atteint les 40 millions de dinars (passant par les plateformes de paiement tunisiennes), la croissance du secteur du e-commerce en Tunisie demeure timide, puisque ce chiffre ne représente que près de 0.03% du total des transactions commerciales tunisiennes B to C.

Côté comportemental, selon une récente étude, le consommateur tunisien serait à 69% prédisposé à consommer en ligne, malgré une offre qui n’est pas aussi visible sur le net qu’elle se le doit.

En effet, si l’on s’intéresse au comportement managérial, une question se pose quant au degré de prédisposition des entreprises à glisser du mode du commerce classique au commerce en ligne et à passer le cap. Donc, si l’on se réfère à la plus grande plateforme de e-commerce www.alibaba.com nous pouvons conclure que la volonté y est. Preuve à l’appui, plus de 1750 entreprises tunisiennes seraient abonnées à la plateforme chinoise.

Le e-commerce est devenue une tendance mondiale, ainsi il ne suffit plus d’être présent sur le net, il faut désormais devenir visible. Effectivement, il ne s’agit plus de présence mais de visibilité. Surtout avec l’émergence mondiale des sites de e-commerce.

Avec un chiffre de 600 sites tunisiens à tendance commerciale, soit cent plateformes de plus depuis 2010- dont la plupart des activités reposent sur les loisirs, le divertissement, le tourisme et le booking en ligne- la croissance de ce secteur est impalpable.

Alors, si l’on essaie de se situer dans ce secteur à l’échelle mondiale, nous retrouverons la Tunisie très loin des bons « ranking », mais  sur la bonne voie. En effet, au niveau comportemental et créativité, les Tunisiens sont au summum. Les concepts de nos sites e-commerces sont très tendance et suivent les penchants mondiaux, surtout pour le marché B to C. On parle plus de prestataires de services que de commerçants.

En conclusion, la culture du e-commerce est entrain de prendre forme en Tunisie malgré sa timide croissance. Le marché est encore vierge, il est donc temps de l’exploiter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here