La folle pause de l’économie tunisienne se poursuit

L’économie tunisienne n’a pas fait le poids face à la force de frappe des tractations politiques. Sa situation difficile ne cesse d’alimenter les craintes et les doutes et inquiéter quant aux prévisions de croissance pour l’année 2013.

Comme prévu, l’année 2013 s’annonce difficile, notamment avec l’instabilité politique qui s’est aggravée par la montée des surenchères politiques, ce qui  a rendu les prévisions du budget de l’Etat hors d’atteinte. Le deuxième trimestre de l’année en cours vient confirmer les estimations. La  situation actuelle, qui manque de visibilité,  a valu d’ailleurs  au gouvernement des reproches virulents.

De ce fait, dans l’immédiat et face au contexte actuel d’incertitude, les analystes du département Recherches et études de Tunisie Valeurs ont mis en garde les investisseurs contre l’engouement qui les amène parfois à surestimer la croissance des résultats et les perspectives d’avenir des sociétés. « Tout positionnement sur le marché doit éviter la prise de risques inutiles », lit-on dans un chapitre présentant une vue d’ensemble de l’économie tunisienne.

Toutefois, optimistes, les analystes de Tunisie Valeurs estiment que le deuxième trimestre de l’année devrait se poursuivre avec d’autres nouvelles introductions prévues sur le marché, telles celles de CELLCOM, BEST LEASE et KIA MOTORS.

La Bourse attire de plus en plus. Ainsi l’année 2013 s’achèvera par au moins une dizaine d’opérations, en plus de celles qui pourraient être éventuellement annoncées. « Jamais la Bourse de Tunis n’aura connu un afflux aussi important en une année ! On espère également voir la date des élections présidentielles se concrétiser », estime l’analyse.

Et d’ajouter que la réussite de ce rendez-vous politique est un préalable inconditionnel pour la reprise du marché boursier. Faute de quoi, on sera amené à assister au même scénario que celui de l’année écoulée.

L’analyse a, par ailleurs, recommandé une stratégie de sélection des titres (stockpicking), en misant sur les valeurs les plus prometteuses de la cote et privilégiant les valeurs à bon rendement en dividendes (SFBT, ARTES), les valeurs de croissance (PGH, OTH, ASSAD, STAR), ainsi que le secteur immobilier (SIMPAR, ESSOUKNA) qui a prouvé sa capacité de résistance en période de crise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here