Voyager 1 : premiers sons dans l’espace interstellaire jamais enregistrés

Lancée en 1977, la sonde Voyager 1 a officiellement quitté le système solaire, et par conséquent devient le premier objet conçu par des humains ayant atteint l’espace intersidéral. Notons qu’il s’agit de la première des deux sondes spatiales jumelles ( Voyager 1 et Voyager 2 ) du programme spatial Voyager mis en place par la NASA en 1977 dans le but d’étudier les astres du système solaire, à l’époque encore observé par le biais de télescopes, depuis la Terre.

Les estimations faites par la NASA et publiées dans la revue Science montrent que la sonde en question a quitté le système solaire depuis près d’un an, vers le mois d’août 2012. Ed Stone, responsable scientifique de la mission à l’Institut de Technologie de Californie s’en félicite et ajoute : « Maintenant que nous avons ces nouvelles données clés, nous pensons que l’humanité a franchi un pas historique en entrant dans l’espace interstellaire ».

Ed-stone-voyager-l-economiste-maghrebin

La sonde en question a enregistré depuis peu, des sons dans cette zone de l’espace, jusque là encore inexplorée par l’humain, ces derniers traduisent des perturbations engendrées en mars 2012, par une importante éruption solaire. Il s’agit d’une première dans le domaine de l’astrophysique. Selon les explications de Ed Stone : « Cette éruption s’est dirigée vers Voyager 1 comme un tsunami avant de l’atteindre au bout de 400 jours (…), le jet de particules en provenance de notre étoile a agité le plasma tout autour de la sonde, provoquant des vibrations qu’elle a pu enregistrer et nous transmettre. »

L’éruption solaire transmet une importante vague de particules, et par un mécanisme physique connu, fait  vibrer cette zone de l’espace constituée de gaz et de particules. Dans cet environnement ionisé, autrement dit électriquement chargé, ont lieu en conséquence des  variations du champ magnétique, que la sonde enregistre. Les caractéristiques enregistrées étant différentes de celles du système solaire, les scientifiques en ont conclus qu’elles correspondent à celles du milieu intersidéral.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, on doit cette avancée scientifique à des moyens technologiques plus que rudimentaires. Les Voyager 1 et 2 sont dotés en effet, d’ordinateurs dont la mémoire est 240 000 fois moins importante que celle d’un i Phone bas de gamme, de même que le transmetteur (23 watts) n’est pas plus puissant qu’une lampe de réfrigérateur, selon les précisions de l’AFP.

La sonde âgée à l’heure actuelle de 36 ans, et lancée dans l’espace à une vitesse de 55.000 km/h,  était conçue pour une durée de vie qui ne devait pas dépasser les cinq ans. Les batteries au plutonium ont fait durer la mission sept fois plus longtemps et devraient continuer à fonctionner d’ici  fin 2020. Qui sait combien de découvertes se feront  jusqu’à cette date ?

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here