Semaine du 09 au 13 septembre 2013

La Banque Centrale se défend

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a publié un communiqué à travers lequel elle a essayé de répondre aux accusations des analystes qui présument qu’elle a actionné sa « planche à billets ». Le Gouverneur a commencé son communiqué avec une brève présentation des différentes missions de la BCT, à savoir : 1/ la préservation de la stabilité des prix, 2/ la garantie du bon fonctionnement des systèmes de paiement et 3/ l’émission de la monnaie sur la base de critères bien définis qui interdisent d’ailleurs le financement direct de l’État. Les statuts de la Banque ne lui permettent pas donc l’utilisation de « la planche à billets». Le Gouverneur a énuméré les différentes causes de l’affermissement de la liquidité depuis le 14 Janvier 2011. Primo, nous retrouvons l’augmentation des billets et monnaies en circulation de 5,8 milliards en 2010 à plus de 7,6 milliards dinars actuellement, à cause de la hausse des revenus des ménages d’une part et des retraits des dépôts des banques par mesure de précaution, étant donné la situation délicate. Secundo, il y a la baisse inquiétante de nos réserves en devises qui sont revenus de 13 milliards de dinars à la fin de 2010 à environ 11,4 milliards de dinars actuellement, soit une baisse de 1,6 milliard de dinars de  la liquidité bancaire. Enfin, un retard dans l’exécution du budget de l’État est constaté, étant précisé que les dépenses publiques sont de nature à fournir des liquidités au système bancaire. Le Gouverneur a insisté sur le fait que la Banque n’a injecté que les montants nécessaires pour assurer le financement de l’économie et que la progression de la masse monétaire et des crédits est adéquate avec celle du PIB.

Le communiqué a présenté deux scénarios concernant l’évolution de la liquidité. Le premier est pessimiste à supposer que la situation reste stable. Ainsi, le besoin en liquidité s’amplifiera surtout si l’exportation (phosphates, produits pétroliers…), le tourisme et les investissements étrangers ne s’améliorent pas. Le deuxième scénario est optimiste à supposer que les conditions politiques et économiques s’améliorent. Ainsi, la Tunisie regagnera la confiance des investisseurs étrangers et des différents agents économiques, d’où une amélioration de la liquidité.

Concernant l’évolution du marché durant cette semaine, le TUNINDEX a essuyé sa troisième baisse consécutive en cédant 0,16%, soit une variation annuelle de 0,28% à 4 566,90 points.  Il y a toujours de l’espoir que la Place de Tunis reprenne des couleurs. Il faut juste une avancée sur la scène politique.

Actualité

CIL, emprunt obligataire

Le Conseil du Marché Financier a donné son visa à la CIL pour l’émission d’un nouveau emprunt obligataire de 20 MDT susceptible d’être porté à 30 MDT aux conditions suivantes :

– Catégorie A : 5 ans à taux fixe 7% brut l’an, ou/et variable à TMM+1,50% brut l’an,

– Catégorie B : 7 ans avec 2 années de grâce à taux fixe 7,25% brut l’an.

Les obligations seront émises pour une durée de 5 ans pour la Catégorie A et 7 ans pour la Catégorie B.

Les souscriptions à cet emprunt seront ouvertes le 27 septembre 2013 et clôturées, sans préavis, au plus tard le 06 décembre 2013.

TUNISAIR,  Assemblée Générale Ordinaire

TUNISAIR porte à la connaissance de ses actionnaires qu’ils sont convoqués en Assemblée Générale Ordinaire qui se tiendra le lundi 30 septembre 2013 à 10H. Parmi les points retenus dans l’ordre du jour, nous retrouvons la nomination d’un représentant des petits actionnaires au Conseil d’Administration du transporteur national.

A noter que la société a publié, pour la deuxième année de suite, un déficit qui dépasse les 100 MDT. Le résultat net s’est établi à -125,799 MDT en dépit d’un chiffre  d’affaires record de 1,117 MdMDT , en hausse de 20,1% par rapport à l’exercice 2011.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here