Les changements climatiques seraient une cause de violence

Une question qui n’a jamais cessée d’être posée : Qu’est ce qui explique la violence que l’on observe à travers les époques ? Et pourquoi cette violence ne fait qu’augmenter ?

A elles seules les  guerres et les violences  interpersonnelles coûtent, chaque année à l’humanité la vie de  0,5 à 1 million d’individus, à ce chiffre s’ajoute celui des conséquences non létales qui comprennent les blessés et les individus directement ou indirectement touchés par les pertes économiques, que l’on compte également par  millions. Compte tenu de l’importance  de l’enjeux, la compréhension des causes des conflits humains s’est, de ce fait , imposée dans le domaine des sciences sociales.

Ainsi un organisme de recherche des Universités de Californie, Berkeley et de Princeton, a été mis en place récemment pour examiner la possibilité que les changements climatiques influencent les conflits humains, ce en s’inspirant d’études qui traitent du même sujet en archéologie, criminologie, économie, géographie, histoire, science politique et  psychologie. L’équipe de scientifiques a rassemblé et analysé pas moins de 60 études quantitatives, partant d’une définition « large » du conflit, allant de l’agression au niveau individuel à l’instabilité politique ainsi que les guerres civiles.

La synthèse de ces études, publiée dans la revue Science, est sans appel  et apporte des preuves solides de causalité reliant les événements climatiques aux conflits qui touchent les principales régions du monde. Les résultats montrent  l’ampleur de l’influence climatique sur les conflits: ainsi les estimations moyennes montrent que pour chaque écart-type (1σ)  de changement du climat vers des températures plus élevées ou des précipitations plus importantes,  la fréquence de la violence interpersonnelle augmente de 4%, tandis que les conflits intergroupes s’élèvent  à 14%.

Cette influence semble s’étendre à travers le monde, à toutes les échelles de l’organisation sociale et semble s’observer dans diverses époques.

De plus, il est prévu que les régions habitées à travers le monde se réchauffent de 2 et 4 déviations standard  en 2050, un fait qui pourrait présager une amplification des conflits. Sans oublier que  le changement climatique d’origine anthropique, conséquent aux émissions de gaz à effet de serre, pourrait jouer un rôle crucial dans la recrudescence  des conflits à l’avenir.

Les causes de ce phénomène ne sont jusqu’à présent pas encore élucidés, néanmoins certaines hypothèses émises par certains auteurs  sont en faveur d’un mécanisme intriqué, ainsi , les changements climatiques semblent influencer les conflits par des voies multiples qui peuvent différer selon les contextes.

Une hypothèse commune met l’accent sur l’impact économiques ainsi que les marchés locaux du travail : lorsque des événements climatiques amènent à diminuer la productivité , la probabilité qu’un  conflit éclate  augmente .

De même une  baisse de la productivité économique rendent les institutions étatiques plus vulnérables que la normale, face à la criminalité les rébellions ou « d’agression étrangères » au cours de ces périodes de relative faiblesse.

De même , lorsque des événements climatiques creusent d’avantage les inégalités sociales et économiques dans une société ,  les conflits représente par conséquent, un moyen ( quoi que illégitime)  pour redistribuer des richesse inégalement réparties dans une région donnée( exemple par le vol) .

Dans le même sens , une hypothèse supplémentaire avance le rôle des migrations d’origine climatique ainsi que l’urbanisation non contrôlée qui en résulte . Si les événements climatiques provoquent des déplacements massifs de population ou une urbanisation rapide , des conflits sur les ressources, qui se raréfient la où les populations se concentrent de plus en plus, sont susceptibles d’éclater, d’où les actes de violence en tout genre.

Bien que le mécanisme physiologique reliant la hausse des températures à l’agression reste inconnu, le lien de causalité semble fort à travers une variété de contextes. Certains auteurs tendent à croire que la cognition et les capacités de l’individu à analyser des faits, s’amoindrissent, l’amenant à adopter de ce fait, un comportement agressif .

Malgré ces hypothèses, aucune étude n’isole un type particulier de changement climatique comme le plus influent. Il s’agit d’un phénomène vraisemblablement très complexe, ou plusieurs facteurs peuvent influer. En outre, l’identification et la compréhension des mécanismes qui seraient susceptibles d’expliquer le rôle des changements climatiques dans l’augmentation  des conflits humains, pourrait ne pas être complètes, si l’on ne tient pas compte des changements climatiques d’origine anthropique générés par les activités humaines, qui nécessitent une attention particulière, voire même pourraient devenir un axe de recherche à part entière. Il s’agit d’un domaine de recherche très prometteur, car il ne suffit pas seulement « d’éviter le pire » ou sévir. Des politiques et les institutions sont nécessaires et ne pourront avoir un impact positif que seulement si la compréhension de l’origine des conflits et leur recrudescence sont les plus complètes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here