Khalil Ghariani : à qui profite la rumeur ?

En réponse aux rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) a publié un démenti sur sa page officielle Facebook.  La rumeur ciblait la personne de Khalil Ghariani, membre du bureau exécutif de l’UTICA et chargé des dossiers sociaux.

En effet, certains ont prétendu qu’un différend l’avait opposé  à la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, faisant de Khalil Ghariani l’éminence grise du mouvement Ennahdha, chargé d’informer de l’avancement des tractations du dialogue national en cours entre l’UTICA et l’UGTT et que de ce fait Khalil Ghariani aurait été limogé du syndicat patronal. 

Il a été également avancé que Khalil Ghariani aurait «  perturbé l’ambiance au sein de l’UTICA, afin de succéder à Khalil Zaouia, à la tête du ministère des Affaires sociales.

Au-delà de la personne de Khalil Ghariani, ce genre de rumeur cible les organisations qui parrainent le dialogue national.

Cette attaque n’est pas la première du genre. En effet, quelques jours plus tôt, Belgacem Ayari, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) était la cible d’une campagne mensongère visant sa vie privée.  

Notons que quelques opposants tunisiens ont déjà parlé « des milices électroniques du mouvement Ennahdha, dont l’objet est d’attaquer les opposants, violer leurs vies privées et brosser des tableaux noirs de leurs carrières ».

Mais à l’heure actuelle, l’identité des commanditaires et exécutants de ces campagnes ciblées reste inconnue. Il semble cependant que malgré les écueils que rencontrent l’UGTT et l’UTICA, rien ne les empêche d’essayer de mener le bateau du dialogue national à bon port.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here