Alerte sur l’assassinat de Brahmi: Ben Jeddou affirme ne pas avoir été informé « en temps opportun »

Suite à la conférence de presse tenue hier, vendredi 13 septembre, au cours de laquelle  Taieb Akili, membre de l’Initiative nationale pour la recherche de la vérité (IRVA), avait affirmé détenir un document daté du 14 juillet, prouvant  que le ministère de l’Intérieur était au courant du projet d’assassinat de Mohamed Brahmi,  le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a aussitôt réagi pour confirmer  que le document  en question a bel et bien été  «transmis par des services de renseignements étrangers», assurant « ne pas avoir eu connaissance par les canaux habituels du ministère de l’Intérieur, c’est-à-dire par le truchement de la Direction générale de la Sécurité publique, de ce document qui avait été  fuité ».

Lotfi Ben Jeddou a d’autre part précisé que la notification de l’alerte émanant des services de renseignements étrangers faisait partie d’une multitude de notifications portant sur diverses questions et destinées habituellement à la Direction de la Sécurité publique à des fins de vérifications. Ce n’est qu’ensuite qu’elles parviennent au ministre de l’Intérieur pour que les mesures appropriées soient prises.

Rien ne certifiait, ajoute-t-il,  le bien-fondé de la notification de l’alerte du 14 juillet et le ministre de l’Intérieur n’en a pas été informé en temps opportun, précisant que d’autres alertes se sont avérées fausses.

«Aussitôt informé de la notification de l’alerte, a encore ajouté Ben Jeddou, j’ai ordonné l’ouverture d’une enquête à ce sujet ainsi que sur les raisons du retard pris pour en vérifier le bien-fondé par la Direction de la Sécurité publique et pour ne pas avoir été communiquée au ministre de l’Intérieur».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here