Hamma Hammami : le ministère de l’Intérieur aurait pu empêcher l’assassinat

Dans une déclaration accordée à nos confrères de la radio Shems fm, le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, aujourd’hui vendredi 13 aout est revenu sur le document qui porte sur l’assassinat de Mohamed Brahmi envoyé au ministère de l’Intérieur par «  un service de renseignement parmi les plus efficaces au monde ».

Hamma Hammami a affirmé aussi que ce document a été signé par  les trois plus importants services au ministère de l’Intérieur, à savoir  la Direction de la sécurité nationale, les services spécialisés et le service des relations extérieures avant de préciser que ce document a été écrit «  à suivre » « mais il est évident qu’il n’en a pas été tenu compte».

Pour Hamma Hammami, le non-suivi de l’affaire révèle la nonchalance ou la complicité avant de le qualifier de « crime d’Etat ».

D’ailleurs, le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a déjà reconnu les faits dans une entrevue avec le président de l’Assemblée nationale constituante et a affirmé qu’une enquête judiciaire et administrative a été ouverte afin de déterminer les responsabilités.

Il a affirmé que le ministère a reçu une notification préalable de l’assassinat de Mohamed Brahmi sur son assassinat le 14 juillet. Il a été communiqué à la Direction de la sécurité publique et l’on a omis de mettre au courant le ministre de l’Intérieur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here