Human Rights Watch : nous avons des preuves de l’utilisation par le régime syrien des armes chimiques

L’organisation internationale Human Rights Watch a déclaré, suite à une enquête qu’elle a menée, qu’elle a des preuves indiquant qu’une attaque par gaz toxique a été commandée par les forces du régime syrien contre les forces de l’opposition syrienne le 21 août.

L’organisation, qui œuvre pour les droits de l’Homme, a déclaré aujourd’hui mardi 10 septembre qu’elle a aboutit à ce résultat, après avoir analysé les différentes versions des témoins oculaires, des informations sur le lieu présumé de l’attaque et les registres médicaux des victimes.

Dans son rapport, Human Rights Watch a indiqué que : « les preuves qui portent sur la nature des missiles et des roquettes montrent bien qu’il s’agit d’armes connues pour être l’apanage des forces militaires syriennes ».

Human Rights Watch et les experts en armes qui contrôlent l’utilisation des armes en Syrie n’ont pas trouvé de documents prouvant que les forces de l’opposition syrienne disposent de missiles 140 millimètres et 330 millimètres qui ont été utilisés dans l’attaque.

De même, l’ONGI a déclaré : « Human Rights Watch a enquêté sur l’hypothèse qui veut que les forces de l’opposition syrienne soient responsables de l’attaque par armes chimiques le 21 août, mais elle a aboutit à la conclusion que cette hypothèse ne concorde avec aucune preuve sur le terrain et manque de crédibilité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here