Projet tuniso-japonais de promotion du tourisme saharien tunisien

Un projet de promotion du tourisme saharien dans les gouvernorats de Tozeur et Kebili, destiné aux touristes japonais et asiatiques, a été évalué dans le cadre d’un séminaire tuniso-japonais organisé, mardi 3 septembre, à Tunis. En 2010, le nombre de visiteurs japonais en Tunisie, a été de l’ordre de 14 mille touristes.

Selon le ministère du Tourisme, « ce projet engagé il y a six mois, en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) qui le finance à hauteur de 5,4 millions de dinars, a pour vocation d’assister et d’aider la Tunisie à mettre en œuvre une stratégie de marketing et de communication dans les zones du sud tunisien, en vue de faire connaître les richesses touristiques et naturelles de ces régions et d’accroître, ainsi, le nombre de touristes étrangers et japonais ».

Ce projet qui s’étalera sur une période de trois ans, a précisé le ministre du Tourisme, Jamel Gamra, sera d’un grand apport pour la promotion du tourisme saharien dans les régions de l’intérieur  (Tozeur et Kebili) qui regorgent de grandes richesses.

Il a souligné, la nécessité de doter ce créneau d’une approche promotionnelle spécifique et d’outils de marketing adéquats.

Yochio Uruna, chef du projet, a annoncé que les enquêtes sur le terrain dans les régions du sud seront renforcées, au cours du mois de novembre 2013, en vue d’affiner la qualité des analyses, alors que l’étude sur les attentes des touristes japonais et asiatiques est déjà engagée dans le cadre du projet.

Dans un rapport présenté à cette occasion, sur le projet, les experts japonais ont indiqué que la JICA est en train de développer un site web en langue japonaise qui sera opérationnel avant la fin de l’année 2013, outre la diffusion de brochures et des supports numériques (DVD) sur le tourisme tunisien, au cours du salon mondial du tourisme (JATA) qui se tiendra à Tokyo les 14 et 15 septembre 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here