Houcine Abassi exaspéré par des pourparlers qui traînent en longueur

La réunion de concertation tenue aujourd’hui au siège de l’Union syndicale des travailleurs du Maghreb arabe entre les représentants de la Troïka et ceux du quatuor assurant le dialogue national n’a pas abouti. Un peu plus de trois heures n’ont pas été suffisantes pour minimiser les divergences, notamment quant au délai du départ du gouvernement actuel. Les représentants de l’alliance au  pouvoir ont en effet déclaré être prêts à « abaisser la période de départ du gouvernement de huit à quatre semaines, si le dialogue national commence ». Cette concession, « gage d’ouverture et de souplesse donnée par la Troïka », aux dires de Mouldi Riahi, le président du groupe des députés d’Ettakatol à l’ANC, Houcine Abassi ne l’a pas estimée si consistante.

«  Il n’y a pas un grand changement de position » a ainsi relativisé le secrétaire général de la centrale syndicale, qui assure avec l’UTICA, la LTDH et l’ONAT, les séances de concertations séparées avec l’opposition et le gouvernement.

Exaspéré de ces pourparlers longs et fastidieux, Houcine Abassi a assuré que tous ces efforts seraient vains si les deux parties, surtout celle qui a le moins donné (sans pour autant la citer),  ne procèdent pas à des concessions, aussi douloureuses et pénibles soient-elles. «  Nous aspirons toutefois à voir le bout du tunnel, a-t-il avancé, sinon, nous ferons part à la suite de ces négociations au peuple tunisiens de quatre vérités douloureuses ». Lesquelles ? Houcine Abassi s’est abstenu de toute clarification supplémentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here