Bachar El- Assad défie les Etats-Unis

Après les tergiversations américaines et le refus du Parlement britannique de cautionner une intervention armée contre la Syrie, accusée d’avoir utilisé des armes chimiques dans des attaques qui ont tué, selon Washington, plus de 1400 personnes dans la banlieue de Damas, Bachar el-Assad a lancé un nouveau défi aux Américains : « La Syrie est capable d’affronter n’importe quelle agression extérieure. Les grands perdants dans cette aventure seront les États-Unis et leurs agents dans la région, en premier lieu l’entité sioniste», a déclaré dimanche, 1er  septembre, le maître de Damas en recevant deux hauts responsables iraniens.

Téhéran a pour sa part averti qu’une attaque américaine contre la Syrie embraserait le Moyen-Orient. «L’Iran observera l’ampleur d’éventuelles frappes américaines contre son allié syrien avant de réagir», souligne un diplomate iranien en poste à Beyrouth.

La fermeté de Téhéran s’explique par le soutien de la Russie, une alliée de poids du régime syrien, qui va accueillir à partir de jeudi prochain le G20.

En effet, le président russe qui  considère les accusations américaines contre Damas comme un « non-sens », veut profiter du forum pour imposer une issue négociée à la crise, tout en gardant Assad au pouvoir, d’autant plus que les Russes détiendraient des preuves que les islamistes ont eux aussi eu recours aux armes chimiques à Khan al-Assal, au printemps dernier, contre l’armée régulière syrienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here