L’ATB subit le contrecoup de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie

L’agence de notation STANDARD AND POORS, a procédé le 16 août 2013 à la dégradation de la note souveraine de la Tunisie. Le communiqué de ladite agence a expliqué cette nouvelle dégradation essentiellement par l’amplification de l’incertitude politique qui règne dans le pays. Dans la foulée, STANDARD AND POORS, a publié le 20 août, un communiqué annonçant la dégradation de la note de l’Arab Tunisian Bank (ATB) ainsi que celles  de deux autres banques tunisiennes.

Il y a lieu tout d’abord de signaler que les agences de notation internationales ne notent pas l’ensemble des banques tunisiennes, mais uniquement celles qui leur demande de le faire. Dans cette logique, STANDARD AND POORS n’a évidemment dégradé que les notations des trois banques qu’elle note en Tunisie. Le recours des banques en général, et de l’ATB en particulier, à la notation par les agences internationales, vise à garantir le maximum de transparence aussi bien à ses clients, actionnaires et partenaires, qu’aux observateurs et analystes du secteur bancaire. Ce recours à la notation internationale, est aussi pour l’ATB un moyen de toujours viser un strict respect des normes internationales prudentielles et de maîtrise des risques métier.  L’ATB est d’ailleurs notée par les trois plus grandes agences internationales de notation, à savoir : Fitch Rating, STANDARD AND POORS et Moody’s.

En outre, il nous parait opportun de rappeler un principe incontournable de la notation internationale : aucune institution agissant exclusivement dans un pays, ne peut avoir une note supérieure à la note souveraine de ce même pays. Ce même principe fera donc que la meilleure note que peut obtenir une institution agissant exclusivement dans un pays, est la note souveraine de ce pays. Tout observateur averti, aura remarqué l’application systématique de ce principe sur les banques tunisiennes notées, à chaque fois qu’une agence de notation procède à la dégradation de la note souveraine de la Tunisie.  Ces agences commencent d’ailleurs tous leurs communiqués annonçant la dégradation des banques qu’elles notent, par un paragraphe rappelant la dégradation de la note souveraine de la Tunisie et expliquant que cette dégradation a un impact direct négatif sur les notes des banques concernées. La dernière dégradation de la note de l’ATB par STANDARD AND POORS, tout comme celles qui ont précédé d’ailleurs, est exclusivement due à la dégradation de la note souveraine nationale. L’ATB demeure néanmoins parmi les banques les mieux notées en Tunisie puisque sa note est égale à la note souveraine nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here