Nidaa Tounès exige des engagements fermes de la Troïka pour la poursuite du dialogue

Le mouvement Nidaa Tounès a décidé de suspendre sa participation au dialogue national, parrainé par l’UGTT, exigeant au préalable des engagements  fermes de la part de la Troïka en vue d’un consensus national, a précisé le secrétaire général du mouvement   Nidaa Tounes, Taieb Baccouche, samedi, lors d’un meeting tenu à Akouda (gouvernorat de Sousse), en présence d’un important déploiement policier.

Le secrétaire général du mouvement a appelé, encore une fois, le parti Ennahdha à réviser les nominations effectuées sur la base de l’appartenance partisane, soulignant que l’étape transitoire exige d’effectuer des nominations conformément à des critères de compétence.

De son côté, Mohsen Marzouk, membre du bureau exécutif du parti, a dénoncé les tentatives de la Troïka de « faire taire Nidaa Tounes », citant la plainte déposée par la présidence de la République contre Tahar Ben Hassine, leader au parti, et ce, pour incitation à la désobéissance civile, en référence à une loi de l’ancien régime.

Marzouk a souligné, dans ce cadre, l’attachement du parti à la candidature de Béji Caïd Essebsi à la présidence de la République, malgré le projet de loi sur l’immunisation de la révolution à travers lequel certaines parties cherchent à exclure Essebsi des prochaines élections.

Par ailleurs, Baccouche a accusé les autorités régionales à Sousse d’avoir exercé des pressions sur le propriétaire de la salle des fêtes où devait se tenir ce meeting.

« La multiplication des agressions verbales et physiques à l’encontre du mouvement Nidaa Tounès contribue à renforcer le mouvement et à le rapprocher davantage des Tunisiens », a affirmé Baccouche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here