Le début de la fin de l’islam politique dans les pays du Printemps arabe

Interviewé par Le Figaro, Alaya Allani, historien, professeur à l’université de Tunis et spécialiste des questions islamiques estime que : « Comme la Tunisie, d’où est parti le printemps arabe, a influencé l’Égypte, ce qui se déroule en Égypte aura des répercussions, à des degrés différents, sur la Tunisie ».

Il va jusqu’à dire que « ce qui se passe en Égypte annonce sans doute le début de la fin de l’islam politique dans les pays du Printemps arabe. Le mouvement islamiste a démontré son incapacité à instaurer la sécurité ainsi qu’un développement économique et social. La sanction pour Ennahdha viendra sans doute plus des urnes que de la rue. Mais des violences ne sont pas à exclure. Le Mouvement Ennahda va être obligé de faire de nouvelles concessions, sans céder sur l’essentiel à ses yeux, à savoir la référence islamique. Les Frères musulmans confondent toujours la sécularité et la laïcité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here