Sfax : la ligue de défense des droits de l’Homme revendique l’arrêt immédiat de l’émission Al-rahina

Dans l’actualité en Tunisie, et depuis le début du mois de Ramadan, les téléspectateurs ont été désagréablement surpris par l’émission Al-Rahina (l’otage) : un genre de caméra cachée dont le principe est un peu particulier. En effet, il s’agit de faire croire à l’invité qu’il est la victime d’un braquage perpétré par les forces de l’ordre ! Ainsi, maintes personnalités artistiques se sont faites avoir par l’émission.

Cependant, la pression exercée par cette émission n’a pas manqué de déranger les habitants de Sfax. Ce qui a conduit le président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme de Sfax Sud à envoyer récemment une lettre ouverte à la directrice de la télévision nationale Watania 1, pour réclamer l’arrêt immédiat de l’émission en question, tout en jugeant qu’elle contient des scènes de violence. Notons que la rédaction de cette lettre intervient suite aux plaintes des Sfaxiens.

Al-Rahina se déroule dans une ambiance tendue et angoissante, que ce soit pour les téléspectateurs que pour la victime. Il semble que le producteur de l’émission n’ait pas pris en considération les réactions inattendues de l’invité, tel le cas de l’évanouissement de l’animatrice de la chaîne de Tounesna, ce qui remet en question le principe de l’émission basé sur la violence et la panique.

Al-Rahina n’est pas le seul type de caméra cachée qui se base sur la mauvaise surprise, elle s’inscrit dans la ligne d’autres émissions comme Al-Zelzal et Braquage. Des émissions qui stressent les Tunisiens, à une heure de grande écoute, et qui délivrent des messages oppressants, voire négatifs, du respect dû aux institutions et aux personnes. Affaire suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here