L’association tunisienne de lutte contre la torture appelle à la libération provisoire de Ridha Grira

Dans un communiqué rendu public hier lundi 15 juillet 2013, l’association tunisienne de lutte contre la torture a appelé à la libération provisoire de Ridha Grira, l’ex-ministre de la Défense de Ben Ali. Dans le même contexte, l’association en question a indiqué que cette libération immédiate n’entravera pas le déroulement de la justice.

L’appel à la libération de l’ex-grand officier de l’Ordre de la République et commandeur de l’ordre du 7-Novembre se base sur son état de santé et son état psychique critique. En effet, Ridha Grira a déjà des antécédents médicaux, puisqu’en  2009 il avait subi une opération sur une tumeur au niveau de l’intestin et une seconde intervention, deux mois après la première. Par ailleurs, l’état psychiatrique de Ridha Grira est stationnaire, d’après l’avis d’un médecin, qui lui a tout de même recommandé un antidépresseur. 

L’ex-ministre de la Défense avait été incarcéré  le 24 juin 2012 à l’Aouina, suite à plusieurs accusations à son encontre.

Dernièrement, le président provisoire de la République, Moncef Marzouki, a déclaré qu’il ne pouvait pas intervenir dans l’affaire et accorder un traitement de faveur à l’ex-ministre en question, «  car il n’a pas encore été jugé ». Cette déclaration vient en réponse à une lettre ouverte écrite par Violette Daguerre, présidente de la Commission arabe des droits de l’Homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here