La pièce « Zmegri » de Med Ali Nahdi a été suspendue pour « atteinte aux bonnes mœurs »

Le directeur de la 33e  édition du festival archéologique El Abedla à Sbeitla, Hafedh Ayadi, a souligné que le comité directeur a suspendu le one-man-show « Zmegri » du jeune comédien Mohamed Ali Nahdi pour « atteinte aux bonnes mœurs », selon ses propos.

Hafedh Ayadi a relevé que cette décision a été prise par le comité directeur car, a-t-il avancé, « certains gestes et propos ont suscité un certain malaise auprès de l’assistance et agents de la sécurité présents ». Il a à cet égard démenti la déclaration de Mohamed Ali Nahdi à certains médias nationaux et diffusée sur les réseaux sociaux, dans laquelle l’artiste a indiqué que sa représentation a été interrompue suite à une attaque perpétrée par un groupe de salafistes.

Dans un communiqué publié lundi, le comité directeur a précisé que le spectacle ayant commencé dimanche à 23heures en présence d’un grand nombre de festivaliers, a suscité après environ un quart d’heure la colère des agents de l’ordre qui ont quitté les lieux à la suite « de propos virulents les ciblant dans le spectacle ».

Le comité a tenu à préciser que le spectacle a comporté « des gestes et des paroles portant atteinte aux bonnes mœurs », ce qui a poussé le comité directeur à prendre cette décision tout en veillant à garantir la sortie du public mais aussi de l’artiste et du staff technique qui l’accompagne, en toute sécurité.

Joint au téléphone, Mohamed Ali Nahdi a cependant relevé qu’il a tenu à présenter son spectacle au festival de Sbeitla en dépit « des informations signalant l’absence de sécurité » selon ses dires.

La pièce qui a été présentée plus de 30 fois, a-t-il ajouté, à Sousse, Tunis, La Marsa, le Kef, Bizerte et Sfax et devant un large parterre d’hommes politiques et personnalités de la scène culturelle dont le ministre de la culture n’a suscité aucun signe de mécontentement auparavant.

Il a, par ailleurs, indiqué que « le retrait des agents de l’ordre » qui n’ont pas apprécié l’extrait « critiquant la police » a laissé le champ libre à un groupe de jeunes pour semer la zizanie auprès du public. Mohamed Ali Nahdi a ajouté que cette décision a été prise à la suite de son refus à la demande du comité du festival, de présenter des excuses aux agents de l’ordre et qu’il a été de la sorte obligé à interrompre le spectacle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here