Fadhel Jaïbi : Tsunami veut mobiliser tous les Tunisiens contre le projet obscurantiste

Pour annoncer les couleurs de sa nouvelle œuvre théâtrale, qui se sera présentée sur les planches du théâtre de Carthage aujourd’hui le 16 juillet, le metteur en scène Fadhel Jaïbi a accordé une interview au quotidien arabophone Al-Chourouk, où il a dévoilé un certain nombre d’aspects de Tsunami la dernière de ses créations.

Le célèbre metteur en scène avance que sa pièce théâtrale est « un cri de colère et de rage qui se base sur le vécu tunisien actuel et de ce qu’on entend dans les médias, afin de mobiliser  les gens, y compris l’élite, pour lutter contre ce projet qui vise l’avenir de la Tunisie ».

On pourrait peut-être parler de pièce de théâtre d’anticipation car Jaïbi indique que «  la pièce est une prévision de la Tunisie en 2015 et c’est une date très proche ».  Avant de rappeler qu’il avait déjà prévu la déchéance de Ben Ali dans une précédente pièce.

D’après l’invité du journal arabophone, la pièce oppose deux catégories : la première a choisi une Tunisie moderne celle des lumières et de son héritage réformiste et la seconde est celle qui pousse la Tunisie vers les ténèbres et la régression.

Confiant et sûr du contenu de son œuvre, il continue : «  ce que nous avons prévu dans la pièce s’est transformé en réalité, notamment l’islam politique. Et si cela va continuer de la sorte, il y aura un coup d’état non pas militaire mais théocratique et les partisans du mouvement Ennahdha,  les LPR et les salafistes pour faire couler le sang ».

Pour Fadhel Jaïbi, le message principal des mouvements islamistes est la violence : «  la violence est ancrée dans ces mouvements ; leur message est le suivant : vous n’allez pas nous échapper d’ici à la fondation d’une république islamiste ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here