Caisse générale de compensation, bombe à retardement

Gros soucis dans les allées du ministère des Finances : l’explosion des dépenses de subvention au titre de la Caisse générale de compensation qui tournent même au cauchemar. Elles pourront d’ici peu – si ce n’est déjà le cas- crever le plafond de 6 milliards de dinars soit près de 9 % du PIB. Du jamais vu. De quoi faire perdre le sommeil de notre argentier national.

En  temps normal, la préparation du budget n’est jamais une tâche facile. Elle prend aujourd’hui l’allure d’un exercice d’équilibrisme périlleux. Où trouver l’argent en période de basse conjoncture pour alimenter  le budget abyssal consacré à la CGC au mépris des sacro-saintes lois de rationalité économique ? Doit-on tolérer des dérives financières sans rapport avec l’investissement productif et les investissements d’avenir qui obèrent le budget de l’Etat et compromettent la croissance future ?

Les subventions au titre de l’énergie, qui étaient de 500 millions de dinars en 2010, sont passées à 4 milliards de dinars. Elles sont ainsi multipliées par 8 alors que le PIB a à peine bougé sur la période. Cette situation est intenable. Mieux vaut la traiter aujourd’hui –fût-ce douloureusement- pour ne pas en être assommé demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here