Faites le plein d’eau… et d’air

Ce début de saison estivale et de Ramadan est une période marquée par d’importants déplacements sur les routes et autoroutes. Elle est aussi marquée par la multiplication des accidents sur nos routes.

Les statistiques sont si alarmantes qu’elles placent la Tunisie à un rang peu enviable, à savoir dans le peloton de tête des pays qui cumulent le plus grand nombre d’accidents mortels de la route par rapport au nombre d’habitants.

Au cours de la seule année 2012, l’on a enregistré 9351 accidents pour 1623 décès, endeuillant des centaines de familles, sans compter les blessés dont le nombre dépasse les 14 000.

Parmi les causes les plus connues, les plus visibles et les plus citées, l’on note la vitesse excessive au volant, le téléphone portable, les piétons, les deux-roues, l’indiscipline, l’alcool… Mais, il y a aussi une autre cause non négligeable, passée le plus souvent sous silence, à savoir les pneumatiques dont l’état ou l’entretien sont encore trop souvent la cause d’accidents qui pourraient être évités. Pour résister à la canicule, on  fait souvent le plein d’eau sans penser à faire le plein d’air des pneus.

Pour sensibiliser les automobilistes tunisiens à l’importance d’une pression ajustée des pneumatiques, règle vitale de sécurité, la société Jomaa /Michelin a déjà pris, fin juin 2013, l’initiative d’organiser une campagne de sensibilisation baptisée  « Faites le plein d’air », en vérifiant et ajustant la pression des pneumatiques des véhicules dont les conducteurs en feront la demande et en leur donnant des conseils appropriés.

L’automobiliste tunisien sait-il que sa sécurité ou son insécurité reposent sur les quelques dizaines de centimètres carrés de ses pneumatiques, de la largeur d’une main, qui reposent sur la chaussée ? A-t-il conscience qu’en ignorant le degré de vieillissement et d’usure, en négligeant l’entretien et la bonne pression de gonflage de ses pneumatiques, c’est sa vie qu’il met en jeu ?

De plus, des pneus mal gonflés augmentent la consommation de carburant du véhicule, outre les conséquences sur l’environnement. Il y a aussi une étroite relation entre la juste pression des pneus et la consommation d’essence.

Le premier ennemi d’un pneu, c’est son manque d’air, mais il ne faut pas oublier également que l’aquaplaning, dû à des pneumatiques vétustes, est également une autre cause d’accident. Le pneu se dégonfle parce qu’il est fait de caoutchouc et que celui-ci est une matière perméable et sensible à la température.

Une pression correcte joue un rôle essentiel en matière de sécurité. Une pression ajustée permet d’optimiser le comportement du véhicule (adhérence, stabilité, distance de freinage…), mais aussi de maintenir une température constante à l’intérieur du pneu pour éviter son éclatement.

Une pression correcte joue un rôle essentiel aussi en matière d’économie. Un pneu gonflé à la bonne pression limite sa résistance au roulement et favorise les économies de carburant (jusqu’à deux pleins de carburant économisés par an).

Malgré une surface de contact très réduite avec le sol, le pneu est conçu pour résister à d’énormes contraintes (supporter la masse de la voiture, rouler à des vitesses élevées sans échauffement excessif, amortir les irrégularités du revêtement, résister à l’usure…). Le sur-gonflage a pour conséquence une certaine dégradation des performances et une usure accrue, mais il présente d’autres formes de risques.

En revanche, le sous-gonflage peut avoir des conséquences désastreuses. En général, la pression normale des pneumatiques est de l’ordre de deux bars. Une lente perte de pression de 0,3 à 0,5 bar, difficilement détectable par un conducteur moyen, entraîne une dégradation du comportement de la voiture. Dans le domaine du freinage, les distances d’arrêt sont plus longues, la tenue en virage est moins sûre et, dans une manœuvre d’évitement, un coup de volant brusque peut déboucher sur une perte de contrôle.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here