Soulagement et inquiétude dans le monde suite à la destitution de Mohamed Morsi

Suite à la destitution du président égyptien Mohamed Morsi par l’armée, les réactions internationales ne se sont pas fait attendre.

Ainsi, le président Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis suivent la situation en Egypte à la loupe, tout en faisant part de sa préoccupation quant à la suspension provisoire de la Constitution.

 L’hôte de la Maison-Blanche a appelé l’armée à agir d’une manière responsable pour rendre « démocratiquement » le pouvoir au peuple le plus tôt possible.

La Russie a réagi aux derniers événements en Egypte par la voix du représentant de la présidence russe pour l’Afrique, qui a indiqué que ce qui s’est passé en Egypte est un « coup d’Etat tranquille qui met le printemps arabe sur les rails », en estimant que cet événement aura des répercussions positives sur les pays ayant connu des révolutions.

Le secrétaire général des  Nations Unies, Ban Ki-Moon, s’est quant à lui dit préoccupé par la situation en Egypte et par l’ingérence de l’institution militaire dans les affaires publiques de l’Etat. Il a appelé au renforcement du pouvoir civil conformément aux principes de la démocratie.

En Europe, la haute représentante de la politique étrangère de l’Union européenne, Catherine Ashton, a appelé à un retour rapide au processus démocratique et à la tenue d’élections présidentielles et législatives et l’approbation d’une nouvelle Constitution.

Le chef de la diplomatie britannique, William Hague,  a déclaré pour sa part que son pays ne voit pas l’ingérence de l’armée dans les affaires publiques comme un moyen de régler les conflits, en appelant toutes les factions politiques égyptiennes à regarder vers l’avant et à renouveler la transition démocratique.

Son homologue français, Laurent Fabius a, de son côté, espéré que les prochaines échéances soient préparées dans le respect de la paix civile et des acquis de la transition démocratique, pour que le peuple égyptien puisse choisir démocratiquement ses dirigeants.

Dans le monde arabe, le roi saoudien, Abdallah, a félicité le nouveau président intérimaire nommé par l’armée, Adli Mansour, en indiquant que le pouvoir à Riyad prie dieu pour qu’il aide les Egyptiens à assumer leurs responsabilités.

Des Emirats Arabes Unis, Abdallah Ibn Zayed Al Nahyan, ministre des Affaires étrangères,  a déclaré que l’armée égyptienne a démontré, une nouvelle fois, qu’elle est le bouclier qui garantit que le pays demeurera un Etat de droit. Il a également exprimé sa confiance en la capacité du peuple égyptien à surmonter la situation délicate que traverse le pays.

Enfin, les autorités algériennes et des leaders islamistes ont mis en garde les Egyptiens contre la reproduction du scénario algérien des années 90 en Egypte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here