Hassine Abassi : La Tunisie a aujourd’hui plus que jamais besoin de dialogue

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Hassine Abassi, a affirmé que la Tunisie a plus que jamais besoin de dialogue entre toutes les parties pour relever les défis politiques, sécuritaires et de développement.

   S’exprimant à l’ouverture du 25e congrès de l’Union régionale du travail (URT) à Sfax, qui se tient les 3 et 4 juillet sous le signe « Unité et résistance », Abassi a indiqué que le dialogue national lancé à l’initiative de l’organisation syndicale constitue un des cadres les plus appropriés pour promouvoir le débat entre les différentes factions.

   « Les tentatives de serrer l’étau autour de l’UGTT et d’intimider les syndicalistes seront vouées à l’échec car la centrale syndicale est une force du bien et d’équilibre qui œuvre au service de l’intérêt du pays », a soutenu Abassi.

  Il a ajouté que l’intérêt du pays en cette conjoncture délicate de l’histoire de la Tunisie demande des concessions de la part des différentes familles politiques de façon à accélérer la rédaction de la Constitution, une Constitution qui réponde aux aspirations de toutes les catégories sociales et l’organisation d’élections démocratiques. Le secrétaire général de l’UGTT a exprimé la crainte d’avoir à revivre le même climat de tension qui règne en Egypte en cas d’échec du dialogue.

   Après avoir loué le militantisme des syndicalistes de Sfax et leur engagement à défendre l’autonomie de l’organisation et à renforcer son rayonnement, Abassi a  mis en garde contre les tentatives visant à déstabiliser l’UGTT et ses sections régionales.

  « L’organisation planche sur la mise en œuvre des  recommandations contenues dans les motions de son dernier congrès« , a-t-il par ailleurs, assuré.

   Les projets de réforme de l’organisation qui seront présentés à l’Assemblée nationale constituante avant la fin 2013 portent sur la création de nouvelles structures à même de conférer davantage d’efficience à la prestation de l’organisation ouvrière et d’y conforter la position de la femme.

   Abordant les priorités de l’organisation pour la période à venir, il a parlé de la révision des législations du travail et des politiques éducative, fiscale et de l’emploi, en plus de l’examen de la situation des caisses sociales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here