« Même Ben Ali n’a pas fait ça, il couvrait de quelque manière son despotisme ! »

Pour ses collègues au CPR, il incarne la sagesse, l’éloquence et la piété. Ses allocutions élégantes ornées de versets coraniques qu’il donne souvent durant les séances plénières de l’ANC, ou dans la commission des pouvoirs législatif, exécutif et des relations entre eux le prouvent. Pour d’autres, il est un légiste passionné qui défend ses prises de position avec fougue et acharnement. Pour d’autres encore, il pourrait être comparé à une sentinelle des droits de l’Homme qui a passé des pans entiers de sa vie dans les arènes des luttes pour les libertés. Une chose est sûre, Omar Chetoui, 55 ans, le député kébilien est de plus en plus présent sur le devant de la scène politique nationale.

Le public, qui suit de près les travaux de l’ANC lui prête un rôle principal dans les derniers problèmes qui ont secoué la commission constitutionnelle qu’il préside. Il a en effet été l’un des principaux protagonistes de la fameuse « affaire du cahier ». Une affaire qui l’a opposé à la rapporteuse de la commission, nahdhaouie d’appartenance, lorsqu’il a pris de force le cahier dans lequel celle-ci écrit ses rapports des travaux de la commission.

Plus récemment, on l’a connu pour sa farouche opposition au projet de la constitution. Hier même, lors de la lecture du rapport par Habib Khedher, le rapporteur général de la constituante, et tel un Sisyphe infatigable, il a passé de longs moments à crier haro sur ce qui serait une « falsification des travaux des commissions constitutionnelles ». Un dépassement grave qu’auraient commis Habib Khedher et ses collaborateurs dans le comité mixte de coordination et de rédaction- un comité que préside Mustapha ben Jaafar. Ce comité serait ainsi, selon ses dires, une incarnation de l’arrogance et du mensonge. « Ils disent qu’ils veulent le consensus, a-t-il souligné, mais ils ne font que le ruiner. » Et d’ajouter, non sans indignation : «  Ils ont dédaigné tout le monde : la société civile, les citoyens et les experts qui peuplent, entre autres, les cinq facultés nationales de droit! »

A la sortie de la pénible et très mouvementée séance plénière d’hier, Omar Chetoui était aussi décidé et ému qu’il ne l’était dans son siège à l’hémicycle. Rien au monde ne changera son avis : «  Le projet de la constitution est un fiasco ». « Même Ben Ali n’a pas fait ça, il couvrait de quelque manière son despotisme ! » a-t-il fustigé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here