La CONECT inaugure son premier congrès

La Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie(CONECT)  a inauguré le 27 juin son premier congrès national sous le thème‘’ Vers une entreprise citoyenne et innovante’’.

L’événement d’envergure selon le président de la CONECT Tarek Cherif vient dans un contexte post -révolutionnaire de ‘’liberté d’expression ‘’, liberté d’adhérer à des partis’’, ‘’liberté d’association ‘’ et encore ‘’ liberté syndicale’’ d’où la création de CONECT, qui selon son président cherche à repositionner le statut de l’entreprise : celle de créer la richesse nationale, ce qui suppose l’appui des différents acteurs économiques,  mais également  la nécessite de répondre aux attentes des citoyens.

La responsabilité sociale de l’entreprise et son aptitude à l’innovation ainsi que son implication vis à vis de l’environnement sont  au cœur de la mondialisation. Mais pas de place pour les ‘’ moules ‘’ et les expériences  clés en main. M.Cherif affirme que la stratégie de la CONECT pour  assurer sa participation sociétale et économique sera puisée de la réalité tunisienne, à travers la concentration de structures régionales et aides aux entreprises afin de leur ouvrir des perspectives.

D’où la place qu’occupe le syndicat au sein de l’arène économique. En effet, il faudrait, selon Sahbani Ismaeil, président de l’Union des Travailleurs Tunisiens (UTT), engager un vrai dialogue avec les chefs d’entreprise qui renvoient un feedback plutôt positif selon lui, contrairement au gouvernement qui ne semble pas être neutre.

En outre, le développement économique ne peut avoir lieu sans la croissance des PME/PMI, c’est-à-dire des PME performantes selon M.Bouallem M’rakech , président de la Confédération algérienne du patronat (CAP) : ce qui diminuerait le chômage et assurerait l’amélioration des conditions des travailleurs. Les efforts pour redresser l’économie devraient être consentis, il s’agit de travailler ensemble pour redresser l’économie et sortir de la conjoncture difficile, ajoute M.Leith Ben Becher, président du syndicat agricole –Synagri.

Patronat et syndicat, main dans la main ?

C’est le principal message lancé par le congrès, confirme Mme Douja Ben Mahmoud Gharbi, vice-présidente de la CONECT :  « Le pays est ouvert aux syndicats quels qu’ils soient ouvrier ou patronal. L’UTICA et l’UGTT ont été également invitées à cet événement mais ne s’y sont pas présentées. Dans une entreprise sociale, le chef d’entreprise est prêt à améliorer les conditions de ses ouvriers, tenant compte de leur productivité. L’entreprise sociale cherche naturellement le gain, mais prend en compte la dimension sociétale : elle est en symbiose avec ses employés et son environnement, ayant un impact positif sur la compétitivité de l’entreprise à moyen terme. Les valeurs que la CONECT voudrait partager, notamment la transparence et la gouvernance, ont trouvé un écho positif auprès plusieurs chefs d’entreprise qui étaient dans la logique de la citoyenneté mais qui  ne le savaient pas forcément. L’entreprise n’a plus le choix que d’être citoyenne. L’innovation est également vitale, et la CONECT est une structure innovante : en effet, c’est le patronat qui réclame la citoyenneté et non le gouvernement qui l’impose. On regarde l’innovation autrement, non seulement au niveau produit, mais dans une dimension plus large. Ce qui   témoigne de notre approche ascendante de management (bottom-up). En effet, ce sont nos élus régionaux qui proposent des solutions pour l’écosystème des entreprises : une approche qui nous différencie de l’UTICA », conclut-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here