Hamadi Jebali contre la loi sur la protection de la révolution

Lors d’une interview accordée au site TunisiaFace, l’ex-Premier ministre, Hamadi Jebali, a déclaré que le meurtre de Chokri Belaïd avait pour objectif de faire tomber le gouvernement et  qu’il rejetait la loi sur  la protection de la révolution.

Sur sa relation avec son parti, le Mouvement Ennahdha, il a déclaré qu’il ne le quittera pas et il a appelé, à cet égard, les partisans de son parti à éviter les accusations de trahison avant de conclure qu’il restera au service du mouvement.

« La remise en question de l’institution militaire est une tentative de politisation », affirme-t-il, tout en faisant l’éloge de la prise de position du mouvement qui a choisi de ne pas impliquer l’institution militaire dans les tractations politiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here