La production de pétrole de la Libye a régressé à 1,3 million de barils par jour

Trois champs pétrolifères au sud de la Libye sont toujours à l’arrêt. C’est ce que vient d’annoncer aujourd’hui le bureau d’information du ministère libyen du Pétrole.

Relayée par l’Agence Anatolie, l’information avance que les trois champs en arrêt de production sont AlFil, Abu-Tafl et Rimal et que cet arrêt fait perdre à la Libye entre 150 et 200 mille barils par jour, réduisant ainsi la production nationale de 1,5 millions de barils à 1,3 millions de barils par jour.

Selon le bureau d’information du ministère libyen du Pétrole, l’arrêt de la production des trois champs est dû aux grèves des employés qui revendiquent la régularisation de leur situation et l’augmentation de leurs salaires.

Il est à noter que la Libye possède les réserves de pétrole les plus importantes en Afrique. Avec 41,5 milliards de barils (6,60×109 m3) (soit 3 % des réserves mondiales de pétrole en 2007), elle est  classée neuvième dans le monde.

Vu sa proximité avec l’Europe, son emplacement stratégique en Méditerranée et son faible coût de production de pétrole (de l’ordre de 1 $ par baril pour certains puits), la Libye est  considérée comme un pays pétrolier très attractif.

Les gisements de pétrole y ont été découverts vers la fin des années cinquante du siècle dernier, et les exportations ont commencé dès 1961. Selon les données de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, l’OPEP (que le pays a rejointe en 1962), le secteur du pétrole représente 95% des revenus provenant des exportations et  25% du PiB. Il finance également 60% des salaires du secteur public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here