Les enfants de Choucha ne grandiront pas dans un camp de réfugiés

L’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) en Tunisie confirme la fermeture du camp de Choucha le 30 juin 2013, tel que décidé en étroite collaboration avec les autorités tunisiennes. Après plus de 2 ans en transit dans des tentes installées au milieu du désert, à moins de 7 kilomètres de la frontière libyenne, c’est un chapitre humanitaire qui se clôt pour les quelques centaines de réfugiés qui bénéficieront de soutien pour s’installer et s’intégrer en Tunisie.

« Nous avons malheureusement trop d’exemples de camp de réfugiés installés dans l’urgence qui deviennent l’unique horizon de plusieurs générations. La fermeture de Choucha est une étape positive vers une vie meilleure en Tunisie pour des centaines de réfugiés. Les enfants de Choucha ne grandiront pas dans un camp de réfugiés », explique Ursula Aboubacar, représentante du HCR en Tunisie.

Alors que Choucha a accueilli quelques dizaines de milliers de personnes au plus fort de la crise, seuls quelque 500 réfugiés y demeurent encore aujourd’hui, dont la moitié environ attendent leur départ pour les Etats-Unis. Les autres seront intégrés dans les zones urbaines tunisiennes. Grâce au soutien du HCR, de ses partenaires et des autorités tunisiennes, plus de 60 personnes, dont des familles, ont déjà quitté le camp et leur tente pour s’installer dans un logement dans les villes voisines. Les autorités tunisiennes garantissent l’accès des réfugiés aux services de base tunisiens, notamment les services de santé. Les enfants de Choucha seront accueillis dans les écoles tunisiennes à la rentrée prochaine.

Après la fermeture du camp, le HCR continuera d’appuyer la Tunisie pour assurer la protection des réfugiés et demandeurs d’asile, conformément à son mandat. Le HCR et ses partenaires maintiendront également le dialogue avec les réfugiés, tout particulièrement ceux appréhendant la fermeture du camp.

« Nous regrettons que certains réfugiés adoptent une attitude de refus, n’ayant en vue que la réinstallation dans un pays tiers qui n’est pourtant ni un droit, ni du ressort du HCR. Cela risque de nuire à leur intégration, ainsi que celle de leurs enfants s’ils ratent la rentrée scolaire. Cela est d’autant plus regrettable que toutes les conditions sont réunies pour faciliter leur intégration en Tunisie, leur pays d’accueil. Depuis le premier jour de l’urgence, la société civile et les autorités tunisiennes ont fait preuve de générosité et d’hospitalité, en ouvrant non seulement leurs frontières mais également leurs écoles et leurs hôpitaux », a ajouté Mme. Aboubacar. « Enfin et surtout, la Tunisie est en passe de devenir le premier pays de la région à mettre en place un cadre légal pour le droit d’asile. »

La collecte des empreintes digitales des réfugiés par les autorités tunisiennes en vue de leur octroyer un permis de résidence temporaire est la dernière illustration en date de l’engagement de la Tunisie en faveur des réfugiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here