Bras de fer entre Syphax Airlines et Tunisair Handling

Syphax Airlines a annoncé, le 14 juin, que le retardement de ses vols à destination de Djeddah, à partir de l’aéroport international Sfax Thyna, du vendredi 7 et du mardi 11 juin, est dû au non-respect par Tunisair Handling  des lois en vigueur et des réglementations  en usage, qui stipulent que l’autorité de l’aviation civile est la seule habilitée à prendre les décisions dans ce domaine.

La compagnie a, par ailleurs, annoncé, qu’elle a obtenu, contrairement à certaines rumeurs, les autorisations nécessaires pour assurer ce type de vols.

En effet, Syphax Airlines a rappelé qu’elle a obtenu auprès des autorités saoudiennes, en date du 27 décembre 2012, l’aval pour assurer des vols réguliers entre Sfax et Djeddah. Et d’ajouter qu’elle a obtenu auprès de la Direction générale de l’aviation civile tunisienne (DGAC), l’autorisation d’assurer ces vols.

De plus, la compagnie a fait savoir qu’elle a reçu une correspondance de la part du ministère du Transport (n° de 99/2) en date du 22 mai 2013, par laquelle il l’informe qu’elle est habilitée à exercer le transport des pèlerins à bord de ses vols réguliers.

Un mémorandum d’entente conclu entre la Tunisie et l’Arabie Saoudite dans le domaine de l’aviation civile, signé le 3 juillet 2006, ne stipule pas en effet le partage de l’activité de la Omra entre les deux compagnies nationales tunisienne et saoudienne, « et ce, contrairement aux rumeurs qui circulent à travers les médias », précise le communiqué de Syphax Airlines.

Celle-ci a tenu à préciser en outre que si ce partage figurait dans l’accord, l’ambassade de l’Arabie Saoudite en Tunisie se serait engagée à défendre les intérêts de Tunisair et aurait refusé à Syphax Airlines l’obtention des visas pour ses passagers, ce qui n’est pas le cas.

La compagnie aérienne privée a, par ailleurs, rappelé que ce n’est point du ressort de Tunisair Handling d’interdire les vols ou de les retarder, et le contrat qu’elle a signé avec Syphax Airlines l’engage plutôt à faciliter ses vols, en effectuant l’enregistrement et en réalisant la manutention et le transfert des bagages  à partir du check-in à l’avion, contre rémunération.

Syphax Airlines  considère que  « le refus de Tunisair Handling vendredi et mardi d’effectuer ces prestations, n’est qu’un manquement aux clauses du contrat signé avec Syphax Airlines, étant le seul fournisseur des services au sol des aéroports tunisiens, en plus de sa violation des fondamentaux et principes de la concurrence et son alignement à la société mère (Tunisair) en lui accordant l’exclusivité de se prestations ».

Concernant la vérification des vols, Syphax Airlines a rappelé que cela relève du ressort du ministère du Transport (DGAC), qui exerce son rôle d’autorité régulatrice, veille à garantir l’égalité des chances et la non-distinction entre les compagnies aériennes.

Syphax Airlines a déposé, auprès du ministère du Transport, en date du 5 octobre 2012, du 18 mars 2013 et du 12 juin 2013, des demandes pour l’autoriser à effectuer ses prestations elle-même, pour son propre compte (Auto-Assistance)- une autorisation dont jouissent toutes les autres compagnies. « Les demandes demeurent à ce jour sans suite », a affirmé Syphax Airlines dans son dernier communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here