Espace : la Chine joue désormais dans la cour des grands

Née en 1980, Wang Yaping, une jeune taïkonaute de 33 ans, pilote de l’Armée de libération populaire est la deuxième Chinoise à voler en orbite autour de la Terre.

Elle a pris place à bord du vaisseau Shenzhou-10 qui a décollé hier matin, mercredi 12 juin depuis la base de Jiuquan, située dans la province de Mongolie intérieure, au cœur du désert de Gobi.

Retransmis en direct à la télévision chinoise, le lancement s’est déroulé sans incident et en présence  du nouveau président chinois Xi Jinping, à peine rentré de son séjour californien où il a rencontré son homologue américain pour une visite « informelle ».

 Après dix secondes de compte à rebours, la fusée Longue Marche 2F, à laquelle était arrimé le vaisseau, s’est élevée droit dans le ciel bleu, laissant seulement derrière elle un grand nuage de feu et de poussière.

Ce vol habité, le deuxième en son genre, est surtout une façon pour  l’Empire du Milieu de montrer au reste du monde qu’il a désormais acquis des compétences qui le qualifient pour une exploration internationale à destination de la planète Mars.

 Près de 45 ans après que les Américains eurent foulé le sol de la Lune, la Chine ne gagne rien en prestige, tant politiquement que médiatiquement, à envoyer un de ses compatriotes sur la Lune.

 En revanche, sa participation à une expédition vers la planète Rouge serait décisive pour démontrer aux États-Unis et à la Russie que la Chine joue, désormais, dans la cour  des grands.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here